• Des économiseurs d'eau pour les toilettes sur le marché marocain

    Des économiseurs d'eau pour les toilettes sur le marché marocain

    . Il s'agit d'un procédé canadien permettant d'économiser jusqu'à 40% d'eau potable passant dans les égouts. Commercialisé depuis plus d'un mois, il coûte 200 DH. L'eau est une ressource rare. Elle le sera davantage dans l'avenir. Des prévisions parlent d'importants déficits sur tout le territoire, en moins de 50 ans. Cependant, cette ressource qui coûte de plus en plus chère est gaspillée sans ménagement(1). A titre d'exemple, le geste machinal qui consiste à tirer la chasse d'eau à plusieurs reprises par jour entraîne chaque fois l'évacuation de 12 à 27 litres d'eau potable dans les égouts. Ce qui correspond en moyenne à 40% de la consommation globale d'une famille de quatre membres. Les personnes averties, pour qui le poids de la facture d'eau commence à peser lourdement, tentent par tous les moyens de trouver des solutions. Tout y passe: briques et bouteilles d'eau remplies sont mises dans les réservoirs; des robinets à faible débit sont également utilisés.Pour économiser cette eau, une entreprise canadienne a mis au point, après trois années de recherche, un procédé qui permet d'économiser 4 à 8 litres d'eau à chaque utilisation. Le produit, qui coûte 200 DH, est commercialisé sur le marché marocain depuis le 20 décembre dernier. Il s'agit tout simplement de deux plaquettes de plastique recyclées et installées sans outils au fond du réservoir.Les deux plaquettes sont composées d'un PVC recyclé entourant l'acier galvanisé. Elles sont installées de part et d'autre du système d'évacuation du réservoir formant un barrage. “En mettant en place ce système au niveau de toutes les chasses d'eau de Casablanca, il est possible de remplir trois fois par jour le terrain olympique de football”, souligne M. Saber Cherif Kanouni, directeur commercial de l'entreprise Acoram qui commercialise le produit. Ce dernier précise que l'investissement de ce produit est récupéré en moins de 8 mois. M. Kanouni ne cache pas ses ambitions. Il entend écouler sur le marché marocain près de 200.000 unités la première année et installer une unité de fabrication dans deux ans. Pour l'heure, le procédé est fabriqué au Canada.Par ailleurs, M. Kanouni envisage de s'attaquer à partir du Maroc à d'autres pays notamment la France, la Tunisie, l'Allemagne et l'Australie. Les pays du Moyen-Orient .
  • You might also like