• l'eau potable à Tétouan


    A Tétouan, une baisse sans précédent de l’approvisionnement en eau potable 

    Vendredi 14 octobre 2016 
      
    A Tétouan, une baisse sans précédent de l’approvisionnement en eau potable
     
    La baisse des approvisionnements en eau sur la ville de Tétouan atteint environ 30% depuis la mi-septembre, selon des responsables d’Amendis joints par Médias24. Chaque jour, la population souffre de coupures.

    Le distributeur impute cette baisse aux volumes fournis par l’ONEE, une baisse à son tour due à la faible pluviométrie depuis deux ans et donc à l’état des réserves des barrages.
    Pour la direction générale d’Amendis, “c’est un problème de pluviométrie et l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos est responsable de la gestion des ressources en eau“.
    Tous les quartiers de Tétouan, Martil, Mdiq et Fnideq touchés
     Amendis qualifie cette baisse de “très importante“ et de “sans précédent“, précisant que la “réduction des volumes d’eau mis à disposition quotidiennement par l’ONEE, impacte directement la capacité de stockage des réservoirs d’eau d’Amendis“. “On distribue ce qu’on nous donne“, souligne Amendis.
    Amendis Tétouan indique que l’ensemble des quartiers de Tétouan, mais aussi ceux de Martil, Mdiq et Fnideq sont touchés. “A partir de 15-16h, il n’y a presque plus d’eau à distribuer, car les habitants anticipent la baisse des volumes à venir et donc anticipent sur leurs besoins“.
    La même source précise à Médias 24 qu’il “ne s’agit pas de coupures à proprement dit, mais de non-distribution, car à partir du milieu de l’après-midi, les ressources en eau disponibles ont été consommées. C’est quand il n’y a plus d’eau que l’on coupe, car on doit protéger les installations“.
    “On distribue ce qu’on nous donne“
    Le distributeur reconnaît que cette situation “se traduit par des perturbations et suspensions temporaires d’alimentation en eau potable dans la ville de Tétouan et sa zone côtière“, ajoutant qu’Amendis “distribue l’intégralité de l’eau qui lui est livrée et ne procède à aucune interruption de la distribution, qui viserait à réduire volontairement les besoins en eaux de la population“.
    Invoquant une “situation exceptionnelle“ la direction générale du distributeur souligne qu’Amendis, les autorités publiques et les principaux intervenants œuvrent ensemble pour rationaliser l’approvisionnement en eau potable de tous les quartiers de la ville.
    Parmi les intervenants, figure l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos, qui gère les ressources en eau sur la région et décide de leur affectation.
    Moins de pluies, plus de consommation
    Chez Amendis, on rappelle également que depuis le début de la gestion déléguée en 2002, les volumes d’eau distribués sont passés de “18 millions de mètres cubes à 27 millions de mètres cubes en 2015, soit une augmentation de 50% liée à l’extension urbaine“ alors que les quantités d’eau achetées entre 2002 et 2015 auprès de l’ONEE sont restées constantes à 31 millions de mètres cubes.
    Amendis explique cette performance par  “les efforts constants de gestion“,  malgré la forte progression du taux de desserte qui avoisine aujourd’hui les 100% et une amélioration du taux de rendement du réseau qui est passé de 51 à 81%, avec le renouvellement des conduites, la mise en place d’un système de détection des fuites, en plus de la sensibilisation de la population à un meilleur usage des ressources et à l’utilisation des eaux usées traitées pour l’arrosage des espaces verts.
    Grâce à ces mesures, estime Amendis, 168 millions de mètres cubes d’eau ont été économisés sur la période 2002-2015, un chiffre à comparer avec la consommation de 18 millions de mètres cubes de 2002 et les 27 millions de 2015.
  • You might also like