• Eau potable et assainissement au Maroc



            Eau potable et assainissement au Maroc : enjeux de                développement humain et de santé publique

      Rédigé par Taha 

    Le Maroc a vu ses efforts de généralisation de l’accès à l’eau potable et l’assainissement tant en milieu rural qu’urbain
     reconnus à l’échelle internationale. Les réalisations du Maroc ont été soulignées, à Marseille, en mai 2012, à l’occasion du 6ème forum mondial de l’eau et à Rio, lors de la conférence Rio+20, en juin 2012. La confiance indéfectible des bailleurs de fonds internationaux et des institutions multilatérales sont une marque supplémentaire de reconnaissance de la valeur de ces réalisations. Les réalisations de l’ONEE dans les secteurs de l’eau potable et de l’assainissement ont été marquées par un tournant majeur enregistré durant la dernière décennie 2001-2011. En effet, et conformèment aux orientations Royales formulées lors du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat du 21 juin 2001 invitant les acteurs du secteur de l’eau à s’orienter vers une gestion de la demande, l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural et la protection de l’environnement, la branche Eau de l’Office a adopté une stratégie basée sur la sécurisation et le renforcement des installations d’alimentation en 

    eau potable, la généralisation de l’accès à l’eau potable en milieu rural et l’intervention active dans le domaine de l’assainissement liquide et la 

    préservation de l’environnement. En 2011, l’ONEE – branche eau- a bouclé l’année avec un résultat d’exploitation dans le vert, à 779 millions de dhs. 


    Son résultat net, lui, s’est établi à 98 millions de dhs, avec toutefois, une baisse de 29%. Pour 2012, l’on s’attend à un résultat d’exploitation de quelque 701 millions de dhs et à un résultat net de 151 millions de dhs. La branche eau fait aussi partie des plus gros investisseurs publics, avec 29,7
    milliards de dhs injectés durant les dix dernières années sur 45 milliards de dhs prévus : 5,7 milliards de dhs au titre des infrastructures 

    d’assainissement, 14,6 milliards au titres de l’accès à l’eau potable en milieu urbain et 9,4 milliards de dhs pour l’accès à l’eau potable en milieu rural. Grâce à ces investissements, le taux d’accès à l’eau potable est passé de 27% en 1995 à 92% en 2011. La capacité d’assainissement pour sa part est passée à 180.000 m3/j avec la mise en fonctionnement de 46 stations d’épuration. Pour la période 2012-2016, une enveloppe de 22,1 milliards de dhs a été programmée pour le renforcement de l’alimentation en eau potable de plusieurs régions. 

  • You might also like