• la crise de l'eau aux iles de la Madeleine

    La crise de l'eau aux Îles-de-la-Madeleine, maintenant résorbée, aurait pu être évitée

    WATER FAUCET
    La crise de l'eau aux Îles-de-la-Madeleine, qui était en grande partie résorbée en mi-journée mardi, aurait pu être évitée.
    La municipalité des Îles a cogné à la porte de l'Assemblée nationale à plusieurs reprises pour tenter de régler le problème de ses infrastructures en eau potable, sans succès.

    "La Ville a déjà tout analysé cela depuis plusieurs années", a expliqué le maire de la municipalité des Îles, Jonathan Lapierre, en entrevue avec La Presse canadienne.
    "Il y a différents projets qui ont été présentés à différents gouvernements qui, malheureusement, ont tous été refusés dans le passé. Il y avait un projet, justement, de construire un nouveau réservoir dans le centre-ville de Cap-aux-Meules, donc dans l'île centrale parce que, ici comme ailleurs, il y a une évolution au niveau des commerces, des différents besoins également."
    Jusqu'ici, la municipalité n'a reçu que les sommes provenant de la redistribution de la taxe d'accise sur l'essence, ce qui n'a pas permis d'aller au-delà des travaux d'entretien, de restauration ou de réparation de différentes portions des réseaux, mais le maire Lapierre estime que la situation actuelle lui permettra de revenir à la charge.
    "Chose certaine, ça donne des arguments supplémentaires!", s'est-il exclamé.
    "Les projets refusés dans le passé sont toujours dans nos cartons. Alors oui, la municipalité va redoubler d'efforts pour tenter de convaincre le gouvernement du Québec d'acquiescer à nos différentes demandes", a-t-il ajouté.
    Tout en reconnaissant que plusieurs autres municipalités ont des besoins en matière d'eau potable, il fait valoir que les événements des dernières heures ont "exposé la vulnérabilité de l'archipel madelinot, qui est situé en plein coeur du Golfe du Saint-Laurent et qui n'a qu'un seul moyen de s'approvisionner, soit à même les nappes phréatiques et à même ses propres réservoirs".
    "On ne peut pas bénéficier de l'appui et de l'aide d'un voisin puisque notre voisin immédiat est l'Île-du-Prince-Édouard, qui est à cinq heures de bateau", a-t-il ajouté.
    Or, avec les conditions de vents violents et de neige, les bateaux ne pouvaient même pas accoster aux Îles lundi et mardi, de sorte que l'on s'est rabattu sur une demande de livraison d'eau par avion auprès du gouvernement du Québec, qui tardait elle aussi en raison des conditions météo.
    Heureusement, sur le terrain, le maire Lapierre a confirmé un peu avant midi mardi que le niveau du réservoir était remonté au-dessus de 2,5 mètres, permettant ainsi de lever les restrictions sur l'usage domestique. Les Madelinots devront toujours faire bouillir l'eau durant une minute avant de la consommer, et ce, pour quelques jours encore.
    Les bris d'aqueduc majeurs survenus dans la nuit de dimanche à lundi avaient forcé la municipalité à imposer d'abord une interdiction totale d'utiliser et de consommer l'eau sur l'île centrale, soit une directive qui touchait 80 pour cent de la population, localisée à L'Étang-du-Nord, Cap-aux-Meules et Fatima.
    Le niveau du réservoir d'eau potable, qui est normalement de 3,6 mètres, était tombé à 0,6 mètre.
    Les écoles, fermées la veille, avaient été rouvertes mardi alors qu'un usage minimal d'eau _ pour l'utilisation modérée des toilettes et de douches brèves _ avait été permis à la suite des réparations.
    L'avis d'ébullition demeure toutefois en vigueur jusqu'au 20 février, le temps de nettoyer le réseau d'aqueduc et de mener ensuite les analyses nécessaires pour en assurer la qualité.
    Au plus fort de la crise, les autorités municipales avaient invité les citoyens à aller chercher de l'eau potable dans les commerces qui en vendent et ont réquisitionné toute l'eau embouteillée dans les entrepôts, afin de procéder à une distribution de rations d'eau qui s'est amorcée à 7h30 mardi matin. La municipalité a pu ainsi mettre la main sur environ 4000 litres d'eau potable pour distribution mardi.
    La municipalité s'attend toujours de recevoir quelque 6000 litres d'eau dès qu'un avion pourra atterrir aux Îles "pour s'assurer d'avoir un plan de rechange, au cas où il y aurait un autre événement ou une autre anomalie détectée sur le réseau. On veut avoir de l'eau embouteillée, potable, disponible et accessible rapidement et en tout temps aux Îles", a ajouté le maire.
    Le bris est attribuable aux gels et dégels successifs subis par les Madelinots depuis quelques semaines qui ont placé un stress apparemment insoutenable sur les conduites d'aqueduc, provoquant au moins un bris majeur et plusieurs autres fuites qui ont finalement pu être colmatées dans les heures suivantes.
  • You might also like