• L'eau et la spiritualité

                    L'eau et la spiritualité


    Photo 691
    La rencontre de l’eau avec l’homme est un miracle permanent, Des découvertes surprenantes  prouvent que l’eau peut capter des énergies inconnues et illimitées.  Des relations intimes existent entre l’homme et cette eau porteuse de l’énergie vitale. Vouloir tout expliquer n ‘est pas possible puisse qu’une chose est sûre, l’eau est numéro 1 au hitparade des énigmes de l’univers. Prendre conscience de cela, nous mène à une humilité toute légitime. La médecine a oublié ces phénomènes, ne soyons pas dupe. La rencontre avec l’eau nous emmène si loin dans des tourbillons de la création, qu’elle ne peut être appréhendée sans une grande part de spiritualité. Loin de la chimie et de toutes choses scientifiques, l’eau s’est affranchie de réalité bien supérieure. En renonçant à toute spécificité physique déterminée, elle est devenue le support de tout métabolisme propre à la vie. Elle nous offre ainsi à comprendre que nous sommes des êtres spirituels effectuant des expériences physiques grâce à elle. En abandonnant toutes réalités physico-chimiques communes à tous les autres éléments, l’eau est devenue mystérieuse aux yeux de l’homme, pour devenir mystique. C’est le lien entre toutes les réalités comprises et non-comprises.
    Les trouvailles de certains chercheurs à travers le monde nous font toucher du doigt toutes ces réalités. De la « mémoire de l’eau » de Jacques Benveniste, aux travaux  de Masaru Emoto, en passant par Chladni et les images d’Alexander Lauterwasser, ou  en essayant de la comprendre par la physique quantique, le domaine reste très vaste. Il y a pourtant une approche qui fait consensus, c’est la notion de «cluster». Jamais encore démontrée mais concrétisée par  une modélisation de principe, cette approche nous offre une vision plus complète de cet élément vital. Les clusters sont des aggloméras de molécules d’eau, liées entre eux de façon très éphémère. La vitesse de constitution et de destruction de ces clusters varie de 10-¹² à 10-9 formes/seconde. Cette approche nous oblige non plus à considérer l’eau comme molécule,  mais comme ensemble de molécules. Le nombre de molécules liées entre elles résulterait de nombreux paramètres. De la capacité de « mariage/divorce/mariage » entre les molécules d’eau dans le corps humain dépendrait un bon état de santé. Ce ballet des molécules s’organise autour de vibrations comme le démontre Emoto ou Lauterwasser. On pourrait parler de « formes crées à partir de sons coagulées ». La création  matérielle et immatérielle semble en perpétuelle évolution due à ces vibrations.
    L’homme est au centre de toutes ces vibrations émises par lui-même, par l’environnement ou par la terre et le cosmos. C’est une dimension spirituelle particulière qui est approchée ici, non plus le religieux mais bien au-delà. L’eau par ces capacités d’exception nous donne une dimension complètement différente que celle communément admise pour rejoindre les mondes qui nous entourent. Les observations des chercheurs en physique quantique et topologique nous emmènent bien loin de ce solvant que certains se bornent voir. Aujourd’hui, on sait qu’une pensé, qu’un mot, une vibration représente pour un cluster d’eau un message qu’elle peut exprimer, amplifier et même mémoriser. La relation entre les images du vivant dans la nature et celle réalisées par Lauterwasser lors de ces expériences est plutôt troublante. Mais on peut aussi extrapoler ces correspondances en vibration et forme en regardant nos cathédrales qui utilisent les vibrations des sons dans leur conception. Le japonais Emoto nous laisse entrevoir une correspondance entre la vibration des mots et les images de cristaux, il faut donc rester humble devant tous ces phénomènes que nous sommes seulement entrain d’apercevoir avec des yeux neufs. D’autant plus que Benveniste en parlant de « mémoire de l’eau »  fit plutôt scandale dans le monde scientifique. Nous voici bien loin des considérations bio-physico-chimiques de l’eau et nous nous rapprochons ici d’une réalité bien plus mystérieuse. La dance incessante de toutes ces molécules d’eau est-elle régie par le hasard. Les formes créées pendant ce phénomène correspondent-elles à une réalité que nous ne savons pas saisir. Certain disent que le hasard nous guide, nous voici dans une dimension incomprise par les sciences modernes, c’est donc bien proche de ce que l’homme considère comme le mystérieux, le paranormal, le spirituel.
    La création est de plus en plus comprise par les sciences, comme organisée et ces mariage/divorce/mariage à cette vitesse si vertigineuse sont-elles seulement mue que par la loi du chaos? Notre époque très pragmatique semble se heurter à cette réalité de cette « matière première » qu’est l’eau. Le processus de formation, de déformation, d’évolution sera-t-il percé par ces systèmes informatiques intelligents, que nous annonce la technologie de l'informatique. En attendant, cet élément capable de se cristalliser, de se liquéfier, de s’évaporer nous amène à regarder notre intérieur. Comment  fonctionne notre corps avec ces 71% d’eau, quelle influence peut avoir une musique, une lumière, un élément chimique ou même une vision, comment agit une émotion dans ce monde liquide qu’est un corps vivant. Pour certains chercheurs, la communication entre tous les êtres vivants que sont les végétaux, les animaux et l’homme existe, et toutes ces créations contiennent beaucoup de molécules d’eau. Serait-ce la vibration provoqué par cette danse qui le permet?
    Le pouvoir universel de résonnance que représente l’eau n’est-il pas la propriété fondamentale du vivant? Novalis parlait du cahot sensible. Un chercheur japonais Dr Kateyama nous offre à y réfléchir, il a remarqué que les nouveaux-nés étaient dotés d’une eau cellulaire très  mobile dont le mouvement de "clustérisation" est très rapide. Il parait évident que cette vitesse favorise le transport de l’oxygène, des nutriments, ainsi que l’évacuation des déchets (dioxyde de carbone, toxiques divers). Le caractère vivant de l’eau représenterait-il aussi la qualité du vivant; plus les clusters sont petits, plus leur danse sont rapides, plus les fonctions vitales sont favorisées. Avec l’âge, il se provoque un phénomène bien connu de déshydratation qui pourrait être la cause d’une modification  de la structure de l’eau et provoquer notre vieillissement. La cristallisation de l’eau ne permettant plus à l’information de voyager de cellule en cellule, celui-ci devient plus rigide, plus sclérosé, plus affaibli. La manière dont notre eau est vivante à quelque chose à voire avec les cellules, les organes qu’ils s’agissent de plantes d’animaux ou d’homme, mais peut-être aussi avec quelques créatures invisibles. Les travaux de M. Lauterwasser nous apprennent aussi que certaines vibrations provoquent des rotations lévogyres et dextrogyres ressemblant étrangement à des mouvements de planètes ou d’énormes vortex d’ouragans. Explorer les propriétés de l’eau en tant que milieux, vecteur et support de vie nous donne à regarder de l’infiniment petit vers l’infiniment grand.
    Michel Lemaire, 
    06.72.513.511
     clusters
  • You might also like