• Les activités économiques et l'eau

         Les activités économiques

    De nombreuses activités économiques, développées en Guyane sont liées aux milieux aquatiques. C'est le cas de l'agriculture, de la pêche entre autres. Bien que ces secteurs participent au développement socio-économique de la Guyane, leur production génère des impacts sur les écosystèmes aquatiques.
    Sommaire

    1a - L'agriculture

    En 2004, l’agriculture guyanaise a rapporté 97 millions d’euros et occupe environ 20 000 actifs. C’est un secteur dynamique où le nombre d’exploitations, en douze ans, a connu une croissance de plus de 18 %.
    L’agriculture est également marquée par la variabilité des surfaces exploitées, le type de culture adopté et le mode d’élevage.
    Ce secteur engendre trois sortes d'impacts sur l'eau et les milieux aquatiques : l'aménagement des zones de culture modifie les milieux, les prélèvements peuvent engendrer surexploitation et conflits d'usage, enfin les rejets de ces activités peuvent polluer les eaux superficielles et souterraines. En savoir +

    b - L'orpaillage

    Depuis 150 ans, l’orpaillage fait partie de l’histoire de la Guyane. Depuis, la première pépite découverte en 1854 dans un affluent de l’Approuague, cette activité ne s’est pratiquement pas arrêtée en Guyane.
    Faisant partie du bouclier guyanais, le département possède un potentiel aurifère très intéressant. En valeur à l’exportation, l’orpaillage est le deuxième secteur derrière l’activité spatiale. Aujourd’hui, le métal précieux s’échange sur les marchés internationaux au prix de 15 euros le gramme et les spécialistes estiment que le tarif restera élevé pendant de nombreuses années.
    Cependant, la remobilisation du mercure, la mise en circulation des matières en suspension, la dérivation du cours d'eau, le décapage du sol sont quelques impacts générés par cette activité sur les écosystèmes aquatiques. En savoir +

    c - La pêche en mer

    Avec une large plate forme continentale alimentée par les sédiments de l’Amazone et les écosystèmes côtiers, la Guyane possède une biodiversité marine exceptionnelle. On évalue à une quarantaine, le nombre d'espèces de poissons pouvant être commercialisés.
    C'est à la fin des années 1950 que la pêche s’est développée avec l’exploitation industrielle de deux ressources : le vivaneau et la crevette. Aujourd'hui, la pêche occupe une place très importante dans l'économie guyanaise. C'est le troisième secteur en valeur à l'exportation derrière le spatial et l'activité minière. Chaque année, c'est environ 5 000 tonnes de produits de la mer qui sont débarqués sur les différents ports du littoral.
    La pêche à la crevette et au vivaneau ont un impact sur le milieu naturel et sur la ressource, respectivement à cause de la technique du chalut et de la pêche monospéficique. En savoir +

    d - La prospection pétrolière offshore

    Les économies des pays industrialisés se sont développées sur l’utilisation accrue du pétrole soit en tant que matière première ou soit en tant que source d’énergie.
    Aujourd’hui, il y a une flambée du prix du baril de pétrole qui a dépassé, en avril 2005 la barre symbolique des 70 dollars US pour atteindre 72,50 dollars US en juillet 2006. Cette hausse du prix s’explique par l’augmentation de la demande en pétrole, par une stagnation de la capacité de production mondiale et du fait de l'épuisement de la ressources.
    Pour continuer d’approvisionner le marché, les pays recherchent de nouveaux gisements à travers le monde. Or, d’après les spécialistes, l’océan renfermerait de nombreux gisements pétroliers inexplorés.
    C’est dans ce contexte qu’une campagne de prospection sismique offshore a été réalisée au large de la Guyane. Cette technique qui consiste à envoyer des ondes à travers le sous-sol, peut perturber temporairement et dans certain cas durable la biodiversité marine.
  • You might also like