• La pollution industrielle

    La pollution industrielle

    Les filières industrielles les plus polluantes au Maroc :
    • Les industries de transformation (dont OCP)
    • Les mines et carrières ( dont OCP)
    • L’artisanat y compris les stations services comme activité particulière
    • Le bâtiment et les travaux publics
    • L’industrie de l’énergie, stockage et distribution des hydrocarbures (raffinerie Samir).
    Importance des rejets par activité considérée
    ActivitéType de déchets dominantsObservations
    Industries de transformationLiquides, solides et gazeuxLes formes de pollution varient selon l’activité
    Activités minièresLiquides, solidesLes déchets gazeux sont également produits mais de manière relativement infime
    CarrièresSolide, atmosphériqueLa pollution liquide peut être produite, mais n’est généralement pas nocive, car elle concerne uniquement des matières en suspension
    Bâtiments et travaux publicsSolides, liquidesLes déchets liquides sont en général les bitumes, les restes des peintures, vernis et solvants
    Industrie de l’énergie et stockage des hydrocarburesSolides, liquides, gazeux-
    Recyclage et activité non formelleSolides, liquides, gazeux-
    ArtisanatSolides, liquides, gazeuxLes déchets gazeux dominent dans le cas de la poterie
    Stations servicesLiquides, gazeux, pâteux-
    Activité domestique et assimiléeLiquides, solides-
    AbattoirsLiquides, solides-

    L’industrie marocaine de transformation est constituée de près de 8000 entreprises, selon les statistiques de 2007, du ministère de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies. Ce sont en majorité des micro, petites et moyennes entreprises, organisées en cinq secteurs :
    • Chimie et parachimie ;
    • Agro-alimentaire ;
    • Textile et cuir ;
    • Mécanique et métallurgie
    • Electricité et électronique.
    Ces cinq grands secteurs sont subdivisés, en 93 sous secteurs et 222 activités.
    La figure ci-après montre que la plupart des unités industrielles sont localisées au niveau du Grand Casablanca, suivi par Tanger Tétouan, Fès-Boulemane, Marrakech-Tensift-Haouz, Rabat-Salé-Zemmours-Zaers, Sous-Massa-Daraâ, puis.
    L’activité artisanale qui est généralement organisé en corporations, est la plus polluante :
    • La tannerie ;
    • La poterie et le zellige ;
    • Le textile et la confection des tapis;
    • Le travail des métaux et la dinanderie.
    Concernant la production de l’énergie, ce sont les centrales thermiques, notamment celle fonctionnant aux combustibles fossiles ou leurs dérivés, qui sont les plus polluantes.

    Les industries chimiques et para-chimiques, notamment celles qui transforment les phosphates, restent la source la plus importante des rejets liquides (931 millions de m3 dont 22,7 Millions de m3 hors activités liées aux phosphates). Les entreprises de textile et du cuir rejettent des quantités d’eau relativement faibles (16,5 millions de m3) mais très riches en produits polluants (surtout les tanneries par les rejets de chrome et de sulfure). Les rejets liquides du traitement des phosphates se chiffrent en millions de m3 par an. Ces rejets sont constitués de phosphogypse en suspension dans l’eau de mer. Ils sont rejetés principalement au niveau du littoral de Safi et Jorf Lasfar.

    Les déchets industriels dangereux sont estimés à environ 256 000 t/an . Leur répartition par région montre que le Grand Casablanca en produit environ 37% (carte suivante). Les secteurs de la chimie-parachimie et du textile-cuir produisent respectivement 40 et 33% du gisement de ces déchets.

    La pollution la plus importante pour l’air est concentrée au niveau des grandes zones industrielles où sont localisées les unités d’énergie et de la chimie lourde, à savoir : Safi, Jorf Lasfar, Casablanca, Kénitra et Mohammadia.

    La pollution minière est la plus importante en termes de déchets solides, sa répartition géographique et sa quantification ne sont pas connues avec précision, mais, on estime que cette pollution se chiffre en millions de tonnes par an elle n’est pas elle génère annuellement des millions de tonnes par ans pour les déchets solides.
  • You might also like