• Les déchets..

    Les déchets : les piles et accumulateurs


    © C. Magdelaine / notre-planete.info
    Les piles et accumulateurs contiennent des métaux lourds toxiques et nocifs pour l'environnement (nickel, cadmium, mercure, plomb, fer, zinc, calcium, aluminium, magnésium, lithium) et représentent à ce titre la part la plus polluante de nos ordures ménagères. C'est pourquoi, il est nécessaire de les collecter séparément des ordures ménagères et de les recycler.

    Les piles et le mercure

    Depuis 1994, les piles alcalines et salines (vendues par les membres du syndicat français des fabricants de piles et d'accumulateurs portables - SPAP) ne contiennent plus de mercure.
    Par contre, les piles boutons peuvent encore contenir du mercure même si les piles lithium n'en contiennent pas. Seule la pile zinc-air contient 2% de mercure.

    Les impacts environnementaux des piles et des accumulateurs

    Selon une Analyse du Cycle de Vie menée sur des piles alcalines manganèse - AA, 80 % des impacts environnementaux ont lieu durant l'extraction minière et la purification des matériaux utilisés pour les fabriquer (extraction et processus de purification du dioxyde de manganèse, du zinc et du fer).
    En ce qui concerne les accumulateurs NiMH - AA, c'est l'utilisation qui est représente presque la moitié des impacts environnementaux à cause du nombre de cycle de charge, le temps d'inutilisation du chargeur et l'efficacité energétique. Là aussi, l'extraction, la purification et el transport des matières premières nécessaires pour la fabrication de l'accumulateur et du chargeur reste le deuxième poste d'impact.

    La collecte des piles et accumulateurs en France

    La France collecte 30 % des piles et accumulateurs mis au rebus, c'est mieux que l'objectif européen de 25 % pour 2012 mais bien peu car cela signifie que 70 % des piles et accumulateurs finissent dans la nature ou les ordures ménagères (incinération ou décharge ensuite) !
    Pour cette filière, un nouveau décret (n° 2009-1139 du 22 septembre 2009) est entré en vigueur et prend en compte les nouvelles dispositions de la Directive Européenne de 2006. Nous noterons notamment :
    • L'extension de la responsabilité financière des producteurs – pour la collecte et le recyclage - aux piles et accumulateurs industriels ou professionnels. Comme pour les piles et accumulateurs portables des ménages, les producteurs doivent organiser des filières de collecte et de recyclage. Jusqu'à présent, les utilisateurs en tant que derniers détenteurs étaient responsables de l'élimination.
    • Les piles et accumulateurs devront pouvoir être extraits facilement des appareils afin de permettre au moment du traitement de ces derniers, une séparation qui permettra de les orienter vers les filières dédiées ;
    • la capacité énergétique devra dorénavant figurer sur les piles et accumulateurs portables et automobiles, en plus de l'indication des produits devant faire l'objet d'une collecte séparée signalée par une poubelle barrée ;
    • les objectifs nationaux de collecte ont été fixés à 25% minimum à atteindre en 2012 et 45% en 2016, avec comme référence la moyenne des ventes annuelles des 3 dernières années ;
    • des objectifs en matière d'efficacité du recyclage, c'est-à-dire les pourcentages de matières extraites des piles et accumulateurs et valorisées comparés aux poids des piles et accumulateurs usagés entrant dans l'unité de recyclage. Les objectifs ont été fixés à un minimum de 75% pour les accumulateurs contenant du cadmium, de 65% pour les batteries au plomb et 50% pour les autres types de piles et accumulateurs.
  • You might also like