• Tizi-Ouzou - Algérie : La rareté et la qualité de l’eau

    Tizi-Ouzou : La rareté et la qualité de l’eau, une préoccupation majeure des populations et des autorités

    le 05-09-2017









    La disponibilité, la distribution et la qualité de l’eau sont devenues la préoccupation majeure tant de la population que des autorités locales dans la wilaya de Tizi-Ouzou, depuis le début de l’été.
    Une rareté du précieux liquide et des perturbations dans la distribution étaient prévisibles dès la fin de l'hiver, marqué par une faible pluviométrie qui s’est répercutée directement sur le taux de remplissage du barrage de Taksebt, principale source hydrique dans la wilaya de Tizi Ouzou.
    Depuis quelques jours, les soucis des consommateurs de l’eau du barrage qui se limitaient auparavant au rationnement et aux quantités distribuées, se sont élargis pour toucher à la qualité de ce produit indispensable pour la vie. Une couleur jaunâtre de l’eau du robinet et un arrière-goût ressenti par les usagers a installé un climat de panique générale chez les citoyens qui commençaient à craindre pour leur santé malgré les assurances des autorités sanitaires et hydrauliques par rapport à la qualité de l’or bleu.
    L’unité de Algérienne des eaux ( ADE) à Tizi-Ouzou, par le biais de son directeur, Amar Berzouk, a rassuré une nouvelle fois, lundi, les clients de l’entreprise que l’eau qu’ils consomment «est potable et ne présente aucun risque de contamination ou de maladie.»
    Selon lui, la couleur jaunâtre et l’arrière-goût sont l’effet de la vase du barrage dont le niveau de l’eau a remarquablement baissé pendant ces derniers mois.
    Amar Berzoul a expliqué que des quantités importantes de boue se mélangent au liquide pendant le pompage. Et malgré l’extraction de tous les résidus au niveau des stations de traitement du barrage dotées des moyens technologiques de pointe, l’eau garde une couleur teintée et une odeur de vase qui ne constitue aucun danger sur la santé, des examens biochimiques de l’eau étant effectuées régulièrement au niveau des laboratoires de l’ADE, a-t-il assuré.
    Au sujet des irrégularités de distribution et des pénuries signalées au niveau de certaines localités de la wilaya, notamment celles de la partie nord comme Tigzirt, Azeffoun et Boudjima et celle du sud-est, à l’instar de Bouzeguène, le premier responsable de l’entreprise a expliqué que des efforts sont faits pour aboutir à une distribution équitable avec rationnement de la ressource.
    Il a, toutefois, reconnu que beaucoup reste à faire pour venir à bout des problèmes liés à la disponibilité de l’eau potable à travers toutes les localités de la wilaya, à l’instar de la rénovation et du renforcement du réseau de distribution, l’installation de brigades d’intervention au niveau des communes, ainsi que l’instauration d’une rigueur disciplinaire à l’égard des agents de l’ADE qui n’assurent pas l’équité dans la distribution et font dans la favoritisme .
    L’association des consommateurs de Tizi-Ouzou se veut rassurante
    Le président de l’association de défense et de protection des consommateurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, Mohand Amokrane Benadji, a précisé à l’APS :.
    «Nous avons été alertés par ce changement du goût et de la couleur de ce produit et avons tout de suite pris contact avec l’ADE, la direction de l’hydraulique et la direction de la santé pour s’assurer de la qualité de l’eau et éviter de probables propagations de maladies à transmission hydrique», a-t-il affirmé.
    Une fois rassurée, l’association s’est rapprochée des citoyens en vue d’apaiser les esprits en leur expliquant l’origine de changement de la couleur et du goût, et éviter ainsi les craintes sur leur santé et les rumeurs qui vont souvent bon train dans ce genre de situations, a-t-il observé.
    M. Benadji a dénoncé, cependant, les irrégularités dans la distribution de l’eau, estimant que le problème n’est pas dans la disponibilité de la ressource, la baisse du niveau du barrage ou le tarissement des barrages qui est une situation connue de tous, mais plutôt dans le rationnement et la distribution équitable sur l’ensemble des localités.
    «Dans plusieurs villages, l’eau n’a pas coulé dans les robinets même le jour de l’Aïd El Adha et les citoyens ont été contraints de se débrouiller pour s’approvisionner par des citernes ou à partir des sources naturelles ou des forages privés», a-t-il indiqué.
    Les citoyens gardent une marge de prudence
    En dépit de toutes les assurances et les déclarations des responsables concernés par rapport à la potabilité de l’eau et l’absence de risque sur la santé du consommateur, les citoyens gardent une marge de méfiance. Depuis une dizaine de jours, les clients de l’ADE ne boivent plus l’eau qui coule de leurs robinets. La prudence est de mise à travers toute la wilaya, a-t-on constaté.
    Une tournée au chef-lieu de wilaya permet de constater que l’eau minérale est prise d’assaut au point de créer des pénuries dans certains points de vente.
    Un commerçant de la ville explique que jamais une telle pression sur l’eau minérale n’a été ressentie au niveau de Tizi-Ouzou. «Il y a toujours eu des habitués de l’eau minérale en bouteilles. Mais depuis quelques jours, tous les stocks sont épuisés et certaines marques d’eau ne sont plus disponibles sur le marché en raison de la forte demande», a-t-il témoigné.
    Des citoyens affirment, pour leur part, qu’ils ne consomment plus l’eau du robinet à cause de «sa couleur jaunâtre et son goût bizarre». Amar, un jeune père de famille rencontré dans un magasin, a précisé que malgré les assurances des autorités sur la qualité de l’eau, sa famille ne l’utilise plus pour boire. «Je préfère mieux acheter de l’eau en bouteilles que de mettre la vie de mes enfants en danger. Il suffit de voir la couleur du liquide pour perdre tout envie de le boire», a-t-il déclaré.
    Avis partagé par une dame rencontrée au niveau de la tour de la nouvelle ville avec ses deux enfants, un fardeau d’eau à la main. Elle a confié qu’elle n’avait pas l’habitude d’acheter de l’eau minérale pour ses enfants et se contentait de leur donner à boire du robinet.
    Ce n’est que depuis quelques jours qu’elle a opté pour cette solution en attendant l’amélioration du goût et de la couleur de l’eau qui fait craindre des maladies, a-t-elle souligné. Au niveau des villages, le problème ne se pose pas avec autant d’acuité, puisque les villageois consomment depuis toujours de l’eau de source et n’utilisent celle du robinet que pour les besoins de la vie quotidienne.
    Dans l’attente de jours meilleurs et avec l’espoir d’avoir une forte pluviométrie qui remplira le barrage de Taksebt pendant la prochaine saison hivernale, les citoyens continuent à gérer la situation et supporter les pénuries d’eau et toutes les perturbations qui ont marqué la saison estivale de cette année.
  • You might also like