• Procédés de traitement

    Les dispositifs conventionnels de traitement des eaux de surface emploient tous une série de processus similaires. Après avoir retiré les gros objets tels que poissons et bâtons, on ajoute à l'eau des coagulants chimiques pour que les fines particules en suspension donnant un aspect trouble à l'eau s'agglutinent et forment des «flocs».
    La floculation (formation de grumaux à partir de particules plus petites) s'obtient en remuant l'eau lentement, sans interruption, pour permettre aux particules et aux grumeaux de "se rencontrer", de se coller et de former des flocs plus grands. Une fois que ces flocs sont suffisamment gros et lourds pour se déposer, l'eau passe à un bassin de sédimentation immobile ou bassin de dépôt. Après sédimentation des corps solides, on effectue une filtration par le sable, ou par membranes. La désinfection constitue en général l'étape suivante, on ajoute ensuite divers produits chimiques pour régler le pH, prévenir la corrosion dans le réseau de distribution ou les caries dentaires. On peut employer l'échange d'ions ou le charbon actif à certaines étapes de ce processus pour éliminer des contaminants organiques ou minéraux. Les nappes phréatiques sont généralement de qualité initiale supérieure et nécessitent moins de traitement que les eaux de surface.
    Les dispositifs aux points d'utilisation et aux points d'accès sont plus simples et utilisent un nombre limité de technologies. Dans la plupart des pays développés, une eau potable sans pathogènes, conforme aux normes internationales, est disponible à chaque robinet chez l'utilisateur. Malgré cela, un grand nombre de consommateurs vivant dans les pays développés optent pour l'installation de dispositifs aux points d'accès comme précaution supplémentaire ou pour améliorer les qualités esthétiques de l'eau du réseau public de distribution. Dans plusieurs parties du monde en développement, les réseaux publics ne fournissent pas une eau sans pathogènes et leur succès se mesure essentiellement à la réduction du risque de diarrhées et autres maladies. Ainsi, une technologie de point d'utilisation adaptée à un lieu donné n'est pas forcément recommandée en un autre lieu.
  • You might also like