• traitement d'eau

    Dans la plupart des zones urbaines, l'eau est traitée avant d'être distribuée aux consommateurs. Ce traitement est nommé "traitement à la source" car les contaminants sont éliminés avant la distribution de l'eau.
    Si l'eau n'est pas traitée avant sa distribution elle doit l'être au point d'utilisation, pour prévenir toute pathologie. Une méthode traditionnelle employée dans le monde entier consiste à faire bouillir l'eau pour éliminer les contaminants. L'eau doit bouillir pendant au moins une à trois minutes (un peu moins dans les zones montagneuses) pour tuer la plupart des pathogènes.
    Il est important de spécifier toutefois que le fait de faire bouillir l'eau n'élimine pas les contaminants chimiques. Cela augmente même légèrement leur concentration. L'eau bouillie encourre aussi un risque de recontamination au cours du refroidissement si elle n'est pas correctement protégée et conservée. De plus, cette méthode consomme un carburant, lequel a un prix, monétaire et environnemental. Malgré ces limitations, ce traitement est standard en cas de présence de pathogènes.
    Au cours des dernières décennies, de dispositifs nouveaux et ingenieux pour le traitement de l’eau domestique ont été développés par des organismes gouvernementaux, ONG et le secteur privé pour proposer des solutions low-tech, bon marché et facile d’usage pour ceux qui doivent traiter l'eau chez eux.
    Parmi les dispositifs employés le plus fréquemment dans les foyers du monde en développement on trouve la chloration, la filtration, la désinfection solaire, la combinaison filtration/chloration, et la combinaison floculation/chloration.
    Pour prévenir la maladie du ver de Guinée, une femme filtre de l’eau à travers un linge, près d’une habitation du Cameroon.
  • You might also like