• Traitement des boues


    Traitement et devenir des boues

    Selon la destination finale, on choisira une filière de traitement adaptée :
    • réduction du pouvoir fermentescible par stabilisation (aérobie, chimique ou digestion anaérobie) ; c’est-à-dire transformation de la matière organique, au moins partiellement, en matière minérale ;
    • réduction du volume par épaississement et déshydratation (siccité : 1 à 6 % selon origine de la boue).
    La filière boues est aussi importante que la filière eau. Le devenir des boues est une des clés de l’épuration.
    • Production : environ 2,5 à 3,5 l/hab/j de boues (30 m3 pour une ville de 10 000 habitants).

    Stabilisation ou digestion des boues (ne joue que très peu sur la siccité de la boue:

    • Pas nécessaire pour une aération prolongée ; nécessaire pour moyenne et forte charges.
    • Digestion anaérobie (à 35 ou 55 °C) : temps de séjour de 3 semaines, production de CH4.
    • Aérobie : aération prolongée des boues (90 jours) ; chimique : à pH » 11 avec de la chaux.

    Épaississement ou concentration (permet d’obtenir de siccités entre 8 et 10 %) :

    • Statique : boues décantent par gravité ; le temps de séjour ne doit excéder 48 h ; charge spécifique de 30 kg de MS/m2/j pour boues biologiques (100 à 150 pour boues primaires).
    • Mécanique comprend 2 étapes : floculation (sels métalliques) et séparation (égouttage).

    Déshydratation épandage sur lits de séchage ou déshydratation mécanique suivant 3 techniques :

    • sur filtre bande (5 000 à 50 000 EH), la siccité obtenue est de l’ordre de 18 à 22 % ;
    • sur centrifugeuse (10 000 à 150 000 EH), la siccité peut atteindre 25 % ;
    • avec un filtre presse (> 50 000 EH), la siccité peut atteindre 30 à 40 %.
    • taux de capture (flux MS du gâteau /flux MS des boues humides)

    Le devenir des boues :

    Ce sont des déchets à valoriser, leur mise en décharge est interdite et l’épandage agricole (très utilisé par les petites collectivités) et l’incinération sont les principales filières de valorisation.
    • Épandage agricole : meilleure solution en raison de leur valeur agronomique ; le producteur doit réduire le pouvoir
    fermentescible et surveiller la qualité des boues et des sols récepteurs.
    • Incinération : adaptée à de grosses quantités riches en matières organiques et pauvres en eau.
  • You might also like