• l'eau potable salubre est essentielle ..

    1. Un pourcentage élevé des sources d'eau potable du globe est aujourd'hui contaminé, par des facteurs naturels ou artificiels. Les ordures non traitées, les déchets industriels, les pesticides et autres polluants envahissent les eaux douces. Ils ne font pas que les polluer, ils les rendent mortelles : les maladies liées à l'eau causent chaque année des millions de morts.
    Certains de ces maux sont immédiats, par exemple les diarrhées causées par les microbes pathogènes. D'autres, comme les cancers causés par les métaux lourds, se manifestent des années plus tard. En dépit de leur diversité, la majorité de ces maux ont une caractéristique commune : on peut facilement les prévenir en assurant un accès fiable et sûr à une source d'eau potable.

    2. Plus d'un milliard de personnes n'ont pas accès régulièrement à une eau propre, et quatre cinquièmes vivent dans les zones rurales des pays en développement. Les habitants de ces régions sont dispersés sur de vastes superficies et vivent en général loin des Réseau de distribution d'eau. Ils s'approvisionnent uniquement à partir des sources naturelles et doivent parcourir chaque jour de grandes distances pour obtenir une eau potable.
    Cette besogne ardue est souvent assumée par les femmes et les enfants, ce qui les prive d'opportunités scolaires et économiques qui pourraient les aider à échapper au cercle vicieux de la pauvreté.
    Les réseaux de distribution n'atteignent pas non plus les habitants des bidonvilles, dans les agglomérations enormes, sans cesse croissantes des pays en développement. L'extension anarchique des bidonvilles se fait loin des réseaux urbains de distribution d'eau, obligeant les moins nantis des habitants des villes à acquérir leur eau chez des fournisseurs privés, et souvent à des prix exorbitants.
    Là où une infrastructure existe, elle est souvent vetuste, mal entretenue et susceptible à des nombreuses fuites et pannes. Quand le réseau de distribution est endommagé, l'eau peut être recontaminée par des organismes hydriques.

    3. Plus d'un milliard de personnes vivent sans une source d’eau fiable et propre. Malheureusement le problème ne fait que s'aggraver. Tout simplement, la population sans cesse croissante du globe épuise les ressources déjà limitées plus rapidement qu'elles ne se renouvellent. Le problème est particulièrement grave pour les régions arides où les ressources naturelles sont déjà surexploitées.
    L’accroissement de la population va aussi engendrer une demande plus grande de de nourriture. Dans de nombreuses régions du monde, on emploie de plus en plus de l’eau pour l'agriculture, qui ainsi devient un grand competiteur aux besoins domestiques.
    L'approvisionnement en eau doit satisfaire les demandes humaines et environnementales. Les précipitations varient d'une saison à une autre et ne sont pas toujours fiables. Des tendances climatiques comme El Niño et La Niña peuvent causer une alternance de pluies abondantes certaines années et la sécheresse à d'autres.
    Les changements climatiques peuvent aussi aggraver les variations saisonnières d'approvisionnement en eau, lesquelles sont déjà problématiques dans les régions où les précipitations annuelles et l'écoulement de surface dépendent des moussons et autres phénomènes périodiques.

    4. Un peu de savoir-faire peut faire des miracles, quand il s’agit de la préservation et de la protection des sources d’eau. Dans de nombreuses communautés, un manque de connaissances de base sur l'assainissement et l'hygiène entraîne une contamination totalement superflue de ressources vitales. Ces populations sont prises dans un piège infernal : les enfants malades sont privés de la santé et de l'éducation qui auraient pu leur permettre d'améliorer leurs vies.
    De même, un manque de connaissances au niveau local empêche souvent l'établissement de réseaux plus modernes de distribution de l'eau et de traitement des eaux usées, dont l'exploitation et la maintenance nécessitent un personnel qualifié.

    5. La carte géographique de la distribution de la richesse dans le monde, reflète l'accès à une eau propre et à un bon assainissement. Les plus pauvres sont doublement atteints.
    Ils doivent se contenter d'une eau polluée et souffrent des maladies et de la stagnation socio-économique résultant de la pénurie de cette ressource critique. Ceux qui peuvent obtenir une eau propre payent souvent les prix les plus élevés au monde. Les habitants des bidonvilles, ne bénéficiant pas des réseaux de distribution, doivent souvent acheter leur eau auprès des fournisseurs privés et payent entre cinq et dix fois le prix que payent leurs riches voisins connectes aux réseaux urbains.

    6. Lorsque la situation politique ou climatique empire, l'approvisionnement en eau en supporte aussi des consequences lourds. Les guerres et cataclysmes peuvent causer la contamination de sources d'eau potable considérées comme fiables ou en priver totalement les populations.
    Les cataclysmes naturels (inondations, tornades et tsunamis) polluent souvent les sources et propagent des maladies, amplifiant l'effet désastreux de l'événement. Ils endommagent aussi les infrastructures existantes, laissant des populations entières sans eau.
    De la même manière, les guerres et conflits détruisent les infrastructures qui prennent parfois des années à reconstruire.
    La violence et les désastres chassent les gens de chez eux. Les réfugiés ont besoin d'eau mais ils sont souvent forcés de vivre entassés dans des zones où les ressources sont insuffisantes pour un tel afflux de population.
    Sans une aide conséquente, comme l'approvisionnement temporaire en eau par véhicule, les victimes des guerres et des cataclysmes naturels peuvent en souffrir, encore bien longtemps après la catastrophe.
    L'histoire des conflits dus à l'eau est longue et violente. Les disputes sur des ressources d'eau déjà déficientes des régions arides ou en périodes de sécheresse, ont entraîné la mort de nombreuses personnes et la destruction de l'infrastructure. Pendant les guerres, les réseaux de distribution de l'eau sont considérés comme des cibles militaires et comme des moyens de pression, mais, de nos jours, les conflits dus à l'eau sont de plus en plus liés aux actes de terrorisme et aux disputes sur les stratégies de développement.

    7. Notre monde s'urbanise. Selon les Nations-unies, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, plus de personnes vivent en zones urbaines qu'en zones rurales. Le changement est plus rapide dans les pays en développement d'Afrique et d'Asie. Sur les Vingt-deux villes qui compteront plus de dix millions d'habitants en 2015, 17 seront dans un pays en développement.
    La majorité de cette croissance urbaine a lieu dans des zones qui ne sont pas desservies par les réseaux urbains de distribution, laissant ainsi les pauvres nouveaux citadins avec un accès plus que limité à une eau potable. Les bidonvilles surpeuplés manquent aussi de réseaux adéquats d'assainissement, ce qui entraîne la contamination du peu d'eau disponible.
    Ce phénomène de croissance urbaine, declanché par les nouvelles tendances économiques et culturelles, pose un défi formidable à la gestion de l'eau pour le XXIième siècle et au-delà.

    L'eau ne sert pas uniquement à étancher la soif. L'agriculture aussi est une industrie consommatrice d'eau, consommatrice en fait de la plus grande part de l'eau douce dans les pays en développement. Des nombreuses activités humaines – industrie, commerce et protection de l'environnement – dépendent aussi de l'eau et ne font qu'ajouter à la forte compétition pour cette ressource.
    Dans les zones moins riches en eau, les plans de gestion doivent exploiter au mieux chaque goutte d'eau. Les plans de gestion doivent tenir compte de plusieurs facteurs humains et environnementaux souvent contradictoires, de manière à ce que le bassin versant soit sain d'un point de vue économique et environnemental, et profitable à tous les intéressés.
    Dans certaines régions arides, par exemple, les bénéfices économiques des activités agricoles ne justifient pas la dépense d'eau utilisee. D'un autre côté, il y a un bon nombre de considérations sociales non négligeables, à commencer par l'autonomie alimentaire et le développement économique.

    8. La Terre se réchauffe. Il est possible que des précipitations violentes deviennent plus fréquentes, mais ce ne sera pas le cas partout et une sécheresse relative peut être attendue dans la plupart des régions continentales subtropicales. De nombreuses sources d'eau douce risquent de disparaître avec le réchauffement, par exemple les glaciers alpins éternels dont tant de communautés dépendent.
    Les effets du changement climatique seront variables selon les régions du monde. Les zones qui aujourd'hui sont déjà arides souffriront le plus, et l'eau qui y est déjà rare le deviendra encore plus.
    Même les zones côtières du globe risquent de subir des bouleversements climatiques affectant leur approvisionnement en eau. L'élévation du niveau des mers pose une menace pour les aquifères souterrains côtiers qui seront submergés d'eau saumâtre et deviendront impropres à la consommation.
  • You might also like