• Les déchets : qu’est-ce que c’est ?

    1- Les déchets : qu’est-ce que c’est ? Le recyclage, les autres circuits des déchets.
    2- La pollution de l’Océan par les plastiques et son effet sur la faune marine. Les instruments de laboratoire. Analyse de l’eau.
    3- La pollution de l’eau douce, des sols et son effet sur les espèces et en particulier sur les insectes. Étude du bassin de l’Elorn.
    Étude de l’abeille et des menaces qui pèsent sur elle.
     1- Les déchets : qu’est-ce que c’est ? Le problème du plastique ;

    • Déchets : matériaux ou effluents qui ne sont plus utilisés ou sont rejetés.
    • Le problème du plastique : on en retrouve partout dans notre environnement et aussi dans les océans. Il se transforme peu à peu en petits fragments qui restent en suspension dans la mer. La plage de Big Island à Hawaï est une plage poubelle car elle est rempli de déchets de plastique qui sont arrivés là par les courants océaniques.
    • Les animaux en les confondant avec d’autres proies en meurent (images internet).
    1- A partir des déchets verts biodégradables, on fait du compost, engrais naturel du jardin. Mais, les déchets non biodégradables polluent l’environnement .
     Exemple : Pollution de la Mer par les boîtes en métal, le polystyrène, le plastique, les cordages en nylon, les objets en verre !
    1- Le recyclage un bon moyen de ne pas polluer et de ne pas gaspiller la matière première en réutilisant les matériaux pour en faire des objets.
    • Le centre de tri va trier les déchets recyclables de notre poubelle jaune :

     • journaux • magazines • carton • cannettes • conserves • bouteilles en plastique • briques de lait
     • On va en faire de nouveaux objets : bouteilles, polaires, bottes, bancs, arrosoirs, trottinettes… Photos : Animation en classe avec Coralie Berthou à l’Éducation aux déchets avec la Communauté des Communes du Pays de Landivisiau. 1- Plastiques : 19,2%, c’est le taux actuel de son recyclage et 4% c’est la production actuelle de pétrole utilisée pour en fabriquer ! 1 Kg de film ou sac plastique recyclé = 0,8 Kg de pétrole économisé. • Il faut donc recycler pour ne pas épuiser les ressources naturelles. • Le recyclage coûte aussi de l’énergie mais moins que l’extraction des matières premières. Matières premières ->Matériaux ->objets • Arbres -> papier -> feuilles…
    • sable -> verre -> bouteilles… • Pétrole -> plastique -> jouets… • Métaux (fer, cuivre, aluminium…) -> barres, films -> visses, moteurs …,
    • Minerais rares-> portables, tablettes, ordinateurs… 1- Les bons gestes d’éco citoyens : Pour réduire la pollution, il faut recycler au maximum les objets, les matières. A partir d’objets électriques, on fait 4 familles :
     • les écrans, • les gros électroménagers hors froid, • les gros électroménagers • les petits appareils électriques Les métaux rares et le plastique y sont recyclés. • Eco citoyenneté :
    • Dans notre classe, nous recyclons le papier. • Quand on va au sport, on dépose les papiers dans le conteneur bleu à côté du collège. Avec les animateurs, nous apprenons à trier les déchets de type électroménagers par famille et à connaître le sens des logos sur les emballages. (Animation avec 2 animateurs DEEE, CPIE Pays de Morlaix/trégor, Michel Clech :

     réduisons nos déchets

    1- La matière première nécessaire à la fabrication des objets provient de l’exploitation de la Terre. Exemple : les métaux proviennent de minerais extraits de mines.
     • Beaucoup de nos objets sont constitués d’un ensemble de matériaux (plastiques variés, alliages métalliques…), • Observation à la loupe d’une roche (la Blende) constituée de minerais de Plomb, Zinc et d’Argent.
     • (Roches prêtées par M. Agranier, Professeur en Sciences de la Terre à l’UBO, provenant d’une ancienne mine exploitée en Bretagne près d’Huelgoat).
     1- Les circuits des déchets : Les objets non recyclés seront incinérés, iront en déchèterie, en décharge ou en usines spécialisées.
    • Pour éviter de polluer notre environnement et ne pas gaspiller les matières premières et l’énergie, il faut bien connaître et utiliser les circuits des déchets.
     1- Les matières premières ou ressources naturelles (minerais, sable, bois, pétrole…) ne sont pas inépuisables !
     • Attention au gaspillage des matières !

     • On jette les portables parce qu’ils ne sont plus à la mode ! Et on oublie de les recycler ! • Leurs cartes électroniques contiennent des métaux rares à forte valeur économique (argent, or, tantale, palladium…). • En France, seule une pile sur trois est recyclée ! • Les piles et les batteries contiennent des métaux lourds (mercure, zinc, plomb…) dangereux pour la santé et pour l’environnement.
    2- La pollution de l’Océan par les plastiques : Tara Expéditions 2014 en Méditerranée : «Chacun des prélèvements contient du plastique»
     • Après sept mois d’expédition, Tara est revenue en novembre 2014 de son voyage autour de la Méditerranée, à Lorient.
    • La goélette scientifique, qui était partie à la recherche du plastique dissous en mer, a fait, une pêche miraculeuse : il n’y a pas un kilomètre carré de la Méditerranée sans plastique. • Celui-ci se réduit en micro fragments mais ne disparaît pas.
     • Les chercheurs vont maintenant étudier les échantillons rapportés par le bateau dans des laboratoires. Plastique récolté (site Tara, crédit : A.Peyrot) 2- La pollution de l’Océan par les plastiques et son effet sur la faune marine. Un constat inquiétant. • Les animaux qui filtrent l’eau pour se nourrir, comme les baleines et les poissons, absorbent en même temps les micros plastiques et le plancton.
    • Ces micro plastiques entrent alors dans la chaîne alimentaire et peuvent ainsi voyager jusqu’à nos assiettes ! 2- La pollution de l’Océan par les plastiques et son effet sur la faune marine. Quelles solutions ? • II faut empêcher l’arrivée de plastique en mer :
    • Pour cela, jeter le plastique dans les poubelles sinon il va atterrir à un moment donné dans les océans. • Il faut aussi : • utiliser moins le plastique non biodégradables, • Nettoyer les côtes des matières plastiques, • Chercher de nouveaux plastiques qui puissent être biodégradables,
    • Du côté politique, la loi va interdire en France l’utilisation de sacs plastique à usage unique à partir de 2016.
    2- La pollution de l’Océan par les plastiques et son effet sur la faune marine. 1,5 millions d’animaux meurent par an victimes des déchets plastiques d’après Laurence Maurice de L’IRD institut français de recherche pour le développement. (Le progres.fr, le 18/10/2014)
     • De nombreux oiseaux marins (Fulmar, Albatros…) meurent en avalant des morceaux de plastique qu’ils prennent pour des proies à la surface de l’eau. Image crefrance. Site bioalaune 2- La pollution de l’Océan par les plastiques et son effet sur la faune marine.
     • Les élèves de la classe ont écrit un conte philosophique « Les sauveurs de la mer ».
    • Ils racontent l’histoire de la mort d’une tortue à cause du plastique. Conte philosophique : la mer et la plage ne sont pas des poubelles!

    • Les enfants décident alors, de nettoyer la plage de ses déchets. Ils réalisèrent aussi des affiches pour expliquer aux gens « qu’ il ne faut pas jeter ses déchets n’importe où, mais se servir des poubelles ! »
     • A la fin de l’histoire « la plage poubelle redevient la plage toute propre ». Les animaux de la mer les remercient. Tout le monde préfère les espaces qui ne sont pas pollués.

    La beauté des paysages et la biodiversité dépend de chacun de nos gestes. 2- La pollution de l’Océan par les plastiques. Les instruments de laboratoire. (site les coulisses de laboratoire Tara – CIDEM).
     • Nous avons réalisé des affiches et exposés sur différents instruments

    • La règle, • Le papier PH, • Le thermomètre,
     • Le GPS,
    • L’appareil photo,
    • Le filet à plancton (et à plastique),
     • Le microscope, • Les tubes et micro tubes.
     • Pour chaque objet technique, nous avons vu : 1- l’histoire de l’instrument
    2- Son principe de fonctionnement
    3- Un exemple d’ utilisation lors des expéditions scientifiques de Tara. 2- La pollution de l’Océan par les plastiques. Les instruments de laboratoire, Expériences !
    • Nous avons aussi fabriqué un thermomètre avec une balle de pingpong et une paille, de l’eau colorée et de la colle, • Nous avons mesuré le PH de l’eau (7), de l’eau de mer (8), d’un jus de citron (1) et du vinaigre (2) !
    • Nous avons observé des poils de lapin à l’aide d’un petit microscope !
     2- La pollution de l’Océan.

    Visite des coulisses d’Océanopolis. Analyse de l’eau des aquariums. Rencontre avec Sébastien Delaporte.
     • Sébastien, technicien au laboratoire, nous explique que toutes les semaines, on prélève de l’eau dans les bassins, pour faire des analyses.
     • Il y a des animaux qui sont très sensibles à la pollution. Ils changent de comportement ou alors tombent malades.
    • Pour éviter cela, on vérifie régulièrement la qualité de l’eau.
    • Dans des tubes à essai, on met des réactifs qui vont réagir avec les polluants. Si on a des nitrates, on aura une coloration rose. Si on a de l’urée, on aura une coloration bleue.
     • D’autres mesures sont faites au laboratoire avec des sondes : Mesures de la température, de la salinité, du dioxygène, du PH de l’eau.
     2- La pollution de l’Océan. Visite des coulisses d’Océanopolis. Bonne santé de la faune marine. Rencontre avec Sébastien.
    • Pour qu’un animal soit en bonne santé dans un aquarium, il faut :
     • Que son environnement ne soit pas pollué : eau de bonne qualité,
     • Qu’il ait de quoi se nourrir correctement. A Océanopolis, ils cultivent du phytoplancton ou plancton végétal pour nourrir le zooplancton, les coquilles SaintJacques, les moules…
    • On a observé à la loupe binoculaire du zooplancton ou plancton animal :

     des rotifères qui nourrissent les alevins et petits poissons. Les artémias au stade larve nourrissent les méduses. Au stade adulte, ils nourrissent les hippocampes.
     • Le phytoplancton et le zooplancton sont à la base des chaînes alimentaires de la faune aquatique.
    2- La pollution de l’Océan. Visite des coulisses d’Océanopolis. Les circuits d’eau de mer. Rencontre avec Sébastien. • Grâce à un système de traitement, l’eau des aquariums n’est pas polluée :
     • On apporte régulièrement de l’eau de mer propre qu’on pompe dans la rade de Brest.
     • Il faut traiter l’eau à l’aide de filtres (biologiques et mécaniques) pour éliminer les déjections animales et les restes de nourritures, On stérilise l’eau avec des rayons UV pour tuer les bactéries et les algues qui rendent l’eau verte.
    • Il faut réguler la température de l’eau pour un bassin tropical ou polaire.
    3- Bassin de l’Elorn : Journée à la maison de la rivière à Sizun avec Anthony Le Gall. Bonne qualité de l’eau douce car on a trouvé une douzaine de larves d’insectes (bonne biodiversité) dans une des rivières qui alimente l’Elorn. Et des salamandres et tritons (espèces protégées) dans une mare.
     3- Étude du bassin de l’Elorn (Parc national Régional d’Armorique) : visite de la station d’épuration de Sizun avec Anthony Le Gall. Mars 2015.

     • Eau usée = eaux des toilettes, eaux des lessives…rejetées par les maisons de Sizun,
    • Il vaut mieux utiliser des lessives écologique sans phosphate ! Le lac du Drennec (réserve d’eau calme du bassin de l’Elorn) est pollué par des cyanobactéries qui produisent une toxine à cause sans doute d’excès de phosphate dans l’eau.

     • Comment nettoyer l’eau usée ? Les boues sont aérées dans le bassin d’aération. Les bactéries présentes s’en nourrissent et les roseaux épurent l’eau en y puisant les éléments nécessaires à leur croissance.
    • Le bassin de clarification rend donc l’eau claire ou épurée avant qu’elle ne retourne tranquillement vers la rivière. Eau douce = Besoin vital, représente seulement 3% de l’eau disponible sur Terre, 97% = eau salée.
     • La dégradation de la qualité de l’eau douce est due surtout aux pollutions des sols par des rejets agricoles comme les engrais : nitrates, phosphates et les pesticides et aux pollutions domestiques et industrielles. A Proximité de l’Elorn (sur 45 km), il faut éviter l’élevage qui pollue l’eau et installer des stations d’épuration.

    • Il y a une centaine de saumons qui sont venus se reproduire dans le petit fleuve côtier qu’est l’Elorn, cette année. Cela montre une bonne qualité de l’eau et une rivière bien entretenue avec des passes à saumons ! En 2013, la station de comptage a recensé 1300 individus.

     • Depuis les années1970-80, il a fallu mettre en place des mesures de sauvegarde. Les saumons étaient trop pêchés sur les lieux de reproduction, en estuaire et aussi en mer.
    • Le saumon est un bio indicateur de la qualité de l’eau car il est très exigeant et sensible à la pollution ! Maquette de la trappe à saumon sur l’Elorn
    3- Étude du bassin de l’Elorn. Une bonne qualité de l’eau vive, une rivière bien entretenue, un milieu préservé en amont (réserve naturelle avec tourbière, lande, bois) => une bonne biodiversité animale dans l’Elorn !

     • La France consomme beaucoup de pesticides qui sont très toxiques pour la faune. Les talus et les haies filtrent l’eau et sont de bons remparts aux pesticides. Il faut donc préserver le bocage (haies, talus, garennes, chemins creux…).
     • Elorn = Petit fleuve à saumons, truites de mer et Fario, aloses, anguilles, lamproies et des carpes, brochets, sandres et tanches introduits. Des oiseaux (sarcelles, colvert, martins pêcheurs…), des mammifères (loutre d’Europe, rat musqué, ragondin)…

     3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement.
     • Classification : L’abeille est un insecte (6 pattes, 1 paire d’antennes, ailes) dont le corps est divisé en 3 parties : La tête, le thorax et l’abdomen. Elle possède 4 ailes membraneuses.
    • De l’éclosion de l’œuf à la forme adulte, la larve se développe en passant par une succession de mues de la cuticule. Lors de la dernière mue a lieu la métamorphose :


    • De début mars à mi-octobre, la colonie élève du couvain. L’élevage augmente au printemps avec un rythme de 1 000 à 2 000 naissances par jour. 3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement.
     • La Reine a un abdomen allongé dépassant ses ailes (car elle a un développement complet de ses organes génitaux). C’est la mère de toutes les abeilles de la colonie. Elle passe sa vie à pondre. • Au printemps, elle est fécondée lors d’un vol nuptial par plusieurs mâles.
    • L’œuf fécondé, donnera naissance à une ouvrière. L’œuf non fécondé, donnera naissance à un mâle nommé faux-bourdon.

     • Elle peut vivre jusqu’à 5 ans. Images UNAF
     3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement. La ruche. Le miel.
     • Dans la partie supérieure de la ruche : la hausse dont les rayons sont gonflés de miel. Quand il est mûr, il est recouvert d’un opercule de cire pour le conserver. Les abeilles le fabriquent à partir du nectar des fleurs.

    • Le nectar va passer de bouche à bouche. Chaque ouvrière le régurgite en gouttelettes sur le bout de sa langue puis elle le réabsorbe. Cette rumination dure 20 minutes. L’abeille ajoute des substances qui enrichissent le miel. Puis la goutte est déposée au fond d’une cellule.
    Pendant trois jours, il se concentre et mûrit. Le miel est riche en glucides. 3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement. L’abeille et les fleurs : la pollinisation.

    • En entrant dans la corolle d’une fleur, elle frotte avec son dos le pistil et y dépose un grain de pollen. C’est la pollinisation. Une butineuse visite en moyenne 700 fleurs par jour.
     • Plus de 80% des espèces de plantes cultivées ou sauvages en Europe ont besoin d’elle pour se reproduire.
    • Une fois fécondé l’ovule deviendra la graine et le pistil se met à grossir pour donner le fruit.
     • Les abeilles sont donc très importantes pour maintenir la biodiversité alimentaire en fruits ou légumes et graines.
    L’alimentation animale et humaine est dépendante de l’activité de l’abeille. Si l’abeille disparaissait, on mangerait des céréales, du mais, du riz et des pommes de terre ! 3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement. Menaces qui pèsent sur les abeilles (réalisation d’une carte mentale) :

    • La mortalité hivernale des ruches est inquiétante. Elle est de 30% en France. A Ouessant, elle n’est que de 3% ! • Certains pesticides sont très toxiques pour l’abeille qui meurt en quelques minutes. D’autres lui font perdre la mémoire ou le sens de l’orientation ! La reine pond moins ! Son système immunitaire s’affaiblit et elle attrape des maladies ou des parasites comme le Varroa !

     • L’agriculture intensive prive l’abeille d’une alimentation variée. Or, il lui faut au moins 5 variétés de pollens différents par jour pour être en bonne santé.
     3- Étude de l’abeille : bon bio indicateur de la pollution de l’environnement. Menaces qui pèsent sur les abeilles : les solutions ?
    • Certains pesticides sont maintenant interdits (Gaucho, régent, Cruiser…),
     • Mais il faudrait :
     • Tester tous les pesticides sur les abeilles pour savoir s’ils sont trop dangereux,
    • Maintenir la biodiversité végétale (garder des haies, talus, prairies naturelles…),
     • Planter des plantes mellifères (dont les abeilles se nourrissent),
    • Ne pas les épuiser avec trop de transhumances (déplacement des ruches par camion).
     • Combattre l’invasion par le frelon Asiatique (par des pièges sélectifs).
     • Préserver l’abeille noire d’Ouessant.
    3- Étude de l’abeille et des menaces qui pèsent sur elle. Rencontre avec Denis Jaffré, apiculteur à Locmélar.
     • Les abeilles sont les « amies » des hommes car elles sont à la base de la biodiversité alimentaire actuelle.
     • Elles apportent de nombreux produits comme le miel, le pollen, la gelée royale, la propolis, la cire aux nombreuses propriétés thérapeutiques.
     3- Étude de l’abeille et de sa protection. Rencontre avec Denis Jaffré, apiculteur à Locmélar.
     • La conclusion est qu’il faut préserver son environnement et éviter de le polluer.
     • Les agriculteurs qui ont besoin d’elle pour améliorer leurs rendements doivent limiter vraiment l’utilisation des produits phytosanitaires, préjudiciables pour l’abeille et pour notre propre santé. Les déchets : qu’est-ce que c’est ? La pollution de l’environnement et son effet sur la BIODIVERSITE. Conclusions.
     • La biodiversité des espèces (y compris de l’espèce humaine !) est liée à la qualité de l’environnement dans lequel ils vivent.
     • Tous les êtres vivants sont en relation les uns avec les autres et avec leurs milieux de vie. • Chaque citoyen doit éviter de polluer son environnement par des déchets ou des produits toxiques et ne pas gaspiller les matières premières. Les déchets : qu’est-ce que c’est ? La pollution de l’environnement et son effet sur la BIODIVERSITE. (Classe de CM1 de Mme Riou - école publique Sizun) Jeunes reporters des arts, des sciences et de l’environnement. • En Arts visuel, de l’espace et moderne : • 1- Recyclons nos déchets.
    • 2- Réalisons des structures tridimensionnelles (un rayon de couvain et ses abeilles, un rayon de miel, des champs de fleurs).
     • En Art du langage :
    • 3- Réalisons un conte philosophique illustré : « les sauveurs de la Mer ».
    • 4- Apprenons un chant (la baleine bleue de Steve Waring), une poésie (l’abeille noire d’Anne RIOU). Réalisation d’un champ de fleurs avec des matériaux recyclés. Réalisation des rayons d’abeilles. Un rayon à couvain et un rayon à miel. Réalisation des abeilles en pâte à papier et peignons les rayures. Chanson et poésie sur nos animaux préférés à préserver ! La Baleine Bleue Cherche De L'eau De Steve Waring:
    • La baleine bleue cherche de l'eau Pour déboucher tous ses tuyaux La baleine bleue cherche de l'eau Pour déboucher tous ses tuyaux Eau, eau, eau, eau H2O !
    • Elle a trouvé du DDT, Du DDT ! Un pétrolier ! Du détergent ! Beaucoup de choses ! Mais pas de l'eau ! Eau H2O ! « L’abeille noire bretonne » d’Anne Riou
    • L’abeille noire Bretonne
     • A un caractère de championne,
    • Elle vit dans un environnement préservé
     • Et est pleine de vitalité,
     • Elle a une pigmentation sombre
     • Pour mieux capter les rayons solaires
    • Et des muscles puissants
    • Pour mieux travailler dans le vent,
    • Elle a un système immunitaire aguerri
    • Pour se préserver des maladies.
     • C’est une abeille de grande taille
    • Avec des poils longs en pagaille… Les déchets : qu’est-ce que c’est ? La pollution de l’environnement et son effet sur la BIODIVERSITE Classe de CM1 de Mme Riou - école publique Sizun- 2014/15 Jeunes reporters des arts, des sciences et de l’environnement.
  • You might also like