L'institut mondial des ressources a publié ce jeudi une étude selon laquelle 32 pays sont condamnés à affronter un manque extrême d'eau d'ici à 2040. Pour tirer ces conclusions, les chercheurs ont étudié 167 pays en prenant en compte la pénurie d'eau, la concurrence pour le contrôle des sources et l'épuisement des eaux de surface.

La situation est particulièrement alarmante pour 9 pays du Moyen-Orient. L'Arabie Saoudite, le Koweït, la Palestine, le Liban, le sultanat d'Oman, les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et le Qatar seraient ainsi les pays risquant le plus de faire face à un manque extrême d'eau.

Selon les chercheurs de l'institut mondial des ressources, les pays du Moyen-Orient pompent à un niveau trop élevé dans leurs souterrains et misent trop sur le dessalement de l'eau de mer, pas assez efficace. Par ailleurs, certains de ces pays pourraient cesser de produire leur propre nourriture, faute de réserves d'eau suffisantes. C'est le cas de l'Arabie Saoudite, qui devrait importer la totalité de ses céréales dès l'année prochaine.