• LES MÉDIAS ONT AMPLIFIÉ LA CRISE DE L’EAU

    CHARAFAT AFILAL : LES MÉDIAS ONT AMPLIFIÉ LA CRISE DE L’EAU

    La raréfaction des ressources en eau impacte lourdement les populations de certaines régions du Maroc. Toutefois, selon Charafat Afilal, Secrétaire d’État chargée de l’eau, cette crise de l’eau serait amplifiée par les médias.
    Selon nos confrères de L’Economiste dans l’édition en ligne de ce 17 août, la Secrétaire d’État chargée de l’eau aurait ouvertement accusée les médias d’avoir amplifié la crise de l’eau. « il n’y a pas de “Hirak” de la ressource hydraulique que dans la presse. Sur le terrain, la situation est normale », écrit le quotidien en citant Charafat Afilal. La responsable rappelle aussi que « la distribution de l’eau enregistre quelques perturbations en période estivale, à cause d’une forte consommation…mais pas au point des problèmes enregistrés en 2016 qui était une année de sécheresse ».
    Pour rappel, les problèmes d’accès à l’eau potable dans certaines localités du pays avaient donné lieu en juillet dernier, à plusieurs manifestations des populations victimes de la rareté de l’eau, ainsi qu’à des sorties médiatiques du gouvernement. Ainsi, et devant le vent de grogne qui a secoué plusieurs communes et localités (dont notamment Sidi Slimane, Beni Mellal, Khenifra, Sefrou, Taounate et Ouazzane) qui protestent contre la rareté de l’eau en période estivale, Saad Eddine El Othmani avait déclaré devant la Chambre des représentants, le 25 juillet dernier, que ce problème sera définitivement résolu en 2018.
    La secrétaire d’État chargée de l’Eau, Charafat Afilal, a également indiqué au parlement que des mesures provisoires avaient été prises pour pallier aux difficultés d’approvisionnement dans 30 communes avec un investissement estimé à 40 millions de Dhs.
    Charafat Afilal s’est par ailleurs rendue le 26 juillet à Ouazzane pour s’entretenir avec les élus locaux et s’enquérir de l’état d’avancement des travaux du projet d’alimentation en eau potable dans la province qui a pris plusieurs années de retard. Mais selon Charafat Afilal, le projet, lancé en 2 phases en 2008 et 2010 serait terminé à 90%, et il ne reste que 13 kilomètres de raccordement des branchements à réaliser. Des mesures d’urgence ont par ailleurs été prises pour pallier aux besoins en eau potable des populations des douars concernés.
  • You might also like