• Crise du barrage sur le Nil: le chef de la diplomatie égyptienne en Ethiopie

    Le ministre égyptien des Affaires étrangères s'est rendu mardi 26 décembre à Addis-Abeba. Sameh Shoukry a rencontré son homologue éthiopien et le Premier ministre. Au menu des discussions : les investissements égyptiens mais aussi et surtout le dossier du barrage de la « grande renaissance éthiopienne ». Le futur plus grand barrage d'Afrique est en cours de construction dans l'Ouest à la frontière avec le Soudan. Mais l'Egypte craint qu'il réduise le débit du Nil. Il est en effet construit sur le Nil bleu, principal affluent du fleuve qui traverse ensuite Soudan et Égypte. Depuis plusieurs mois, les discussions entre Le Caire et Addis-Abeba sont au point mort,

    Les discussions n’avancent plus depuis début novembre et l'échec d'une réunion technique sur le sujet rassemblant l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie. Au Caire, un officiel du gouvernement considère alors ces négociations comme quasi rompues.
    Quelques jours plus tôt, le président égyptien avait eu des mots très fermes à l'encontre d'Addis-Abeba. Abdel Fattah al-Sissi explique que le Nil est « une question de vie ou de mort »..????? pour son pays. Le futur barrage est aussi une « question de vie ou de mort pour les Ethiopiens » répond alors le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.
    « Un signal positif »
    Mardi, lors de la rencontre entre Workneh Gebeyehu et Sameh Shoukry, le ton était plus conciliant. Le chef de la diplomatie éthiopienne y voit un « signal positif ». Malgré tout, chacun campe sur ses positions. Addis-Abeba continue de « croire fermement que le barrage ne causera aucun dommages significatifs à l'Egypte ». Il n'est achevé qu'à 63% mais doit fournir à terme plus de 15 000 gigawatts par an. Indispensable selon les autorités pour le développement du pays.
  • You might also like