• Géopolitique de l'eau dans le bassin du Nil

    En Afrique, l'accès à l'eau est l'un des aspects les plus critiques de la survie humaine. Aujourd'hui, environ un tiers du total de la population n'a pas accès à l'eau soit environ plus de 300 millions de personnes selon le World Water Council 2006.
     Par conséquent, de nombreux pays riverains autour du bassin du Nil ont exprimé leur intérêt direct dans les ressources en eau jusque-là rarement exprimées par le passé. Dans cet article , je soutiens que l'absence de consensus sur l'utilisation des eaux du bassin du Nil, quant au " partage de l'eau » ou au « partage des bénéfices», a tendance à aggraver la situation et favoriser des conflits transfrontaliers impliquant des États émergents tels que l'Ethiopie et l'Egypte sur le bassin du Nil. Dans le même temps, ce document étaye le modèle de conflit développé par Collier et Hoeffler (*) afin d'analyser les défis transfrontaliers, et la position de l'Egypte en tant que puissance hégémonique dans la corne de l'Afrique contestée par l'Ethiopie. Le modèle de Collier et Hoeffler (*), compte tenu des guerres civiles sporadiques dans de nombreuses régions d'Afrique, est utilisé pour prédire la survenue de conflits qui sont perçus comme la résultante de variables économiques empiriques dans les Etats africains(*). Afin de simplifier mon argumentation et mon analyse, je me suis concentré sur l'Éthiopie et l'Égypte pour expliquer l'ampleur de la crise de l'eau dans la partie Nord-Est de l'Afrique.

    On peut se demander pourquoi l'Ethiopie ? Mes réponses sont fondées sur trois hypothèses principales. La première est basée sur l'échec du traité anglo-éthiopien en 1902 qui ne s'est jamais concrétisé. La deuxième hypothèse est fondée sur l'exclusion de l'Ethiopie depuis 1902 ; sur l'accord important de 1929 sur l'utilisation des eaux du Nil entre la Grande-Bretagne et l'Egypte ; sur l'accord de 1959 entre l'Egypte et le Soudan après que ce dernier soit devenu indépendant en 1956. L'hypothèse finale considère l'émergence de l'Ethiopie comme une nation puissante et influente dans la corne de l'Afrique en raison de sa puissance militaire dans la sous région .
    L'Ethiopie a mis en exergue son souhait de développer des ressources hydriques au travers de l'énergie hydroélectrique le long du Nil. Cependant, depuis plusieurs décennies, l'Egypte a refusé à d'autres pays riverains, le long du Nil, un accès complet aux ressources hydriques. Pour cette raison, depuis de nombreuses années, l'Egypte a exercé un pouvoir hégémonique sur le développement et le contrôle de l'utilisation des ressources hydriques dans le bassin du Nil. Le bassin du Nil, depuis l'Antiquité, et depuis de nombreuses années, a servi le pouvoir économique, politique et la croissance égyptienne. Les ressources en eau dans le bassin du Nil ont également servis la domination économique, politique, sociale et culturelle de l'Egypte dans la sous region1 .

    Depuis des siècles, le Nil a été utilisé comme une route commerciale renforçant les relations internationales et les moyens de transports et de communications mobiles de l'Egypte. L'Egypte fut décrite comme «le don du Nil".
     Ce statut hégémonique connu depuis l'Antiquité a amené le philosophe Hérodote à écrire "L'Egypte est le Nil et le Nil est l'Égypte". Cela coïncide à nouveau avec la période de boom économique égyptien et sa domination politique. Ce qui a encore renforcé la position de l'Egypte dans le passé, et qui a finalement contribué à la puissance de l'Egypte sur les autres pays riverains du bassin du Nil, est l'accord de traité de 1929 signé entre l'Egypte et la Grande-Bretagne2 .
     La Grande-Bretagne, alors en charge des nombreux pays riverains qui furent ses colonies, a négocié avec l'Egypte, au nom de ses mêmes colonies, pour lui donner l'entière priorité sur les autres pays riverains concernant l'usage et l'accès aux ressources hydriques dans le bassin du fleuve.

    Cependant, depuis l' accession à l'indépendance de ces pays, un certain nombre de facteurs ont poussé ces pays riverains à remettre en cause le contrôle égyptien sur les eaux du Nil afin de renégocier les traités antérieurs et d'abroger toutes les tentatives de l'Egypte de s'accaparer l'utilisation et le développement des ressources hydriques sur le Nil3. 
    Citons parmi ces facteurs : la forte croissance démographique, le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, la crise économique mondiale, le développement politique, la pollution avec l'épuisement des ressources naturelles, l'industrialisation ainsi que l'urbanisation, le coût élevé des investissements pour les forages ainsi que la faible quantité d'électricité en milieu rural rendant très problématique le pompage des eaux souterraines. L'Egypte, pendant une longue période, a eu le contrôle des rivières du Nil et est apparu comme le principal pays qui dispose d'un accès complet au Nil. La pénurie de ressources en eau en Éthiopie ainsi qu'au Soudan a incité ces pays à remettre en cause l'accès de l'Égypte au Nil et cela plus particulièrement en ce qui concerne l'Ethiopie. Berman et Paul ont conclu que la tension entre l'Egypte et l'Ethiopie est susceptible de dégénérer en une guerre à l'avenir. En raison de la forte croissance démographique de l'Ethiopie, la demande en eau de l'Ethiopie a presque doublé dans la dernière decade4 .


    Le bassin du Nil et la diminution des ressources hydriques

    Le bassin du Nil comprend dix pays à savoir, le Burundi, la République démocratique du Congo, l'Egypte, l'Erythrée, l'Ethiopie, le Kenya, le Rwanda , le Soudan, la Tanzanie et l'Ouganda . Ces pays sont connus comme les dix pays riverains en raison de leur proximité avec la rivière du Nil basin5. C'est le plus long fleuve du monde constituant environ 6700 km de long et drainant presque tous les dix pays mentionnés. Le débit du Nil a bénéficié aux activités économiques des pays du nord-est en stimulant l'agriculture et le tourisme. Environ 90 % de's terres dEgypte sont arides (désert) et, par conséquent, de nombreuses populations se sont concentrées le long du bassin du Nil , en raison des opportunités économiques disponibles le long du Nil couplé à une intense activité d'irrigation pour l'agriculture et l'élevage d'animaux.6

    La dépendance totale des ressources en eau au cours des siècles et leur tarissement dans la région du Nil a provoqué un épuisement des ressources essentielles entraînant une hausse du taux de chômage, des maladies et la famine dans les pays riverains. Declan et al, font valoir que l'épuisement des ressources dans le bassin du Nil est due à trois facteurs spatiaux à savoir : global par l'effet de serre, régional au travers l'utilisation intensive des terres et local par l'aménagement du territoire. Cette affirmation est également compatible avec les études d'Oxfam dans la région Askum et la sécheresse qui s'est abattue sur le pays tout entier. Dans une brève citation Oxfam a évoqué la situation en Éthiopie et déclaré:

    La variabilité du climat en Ethiopie n'est pas nouveau - mais maintenant , en plus des luttes habituelles , les Ethiopiens vivant dans la pauvreté subissent les effets du changement climatique - avec des climats plus variables et des phénomènes météorologiques plus extrêmes. Les gens qui sont déjà pauvres et marginalisés sont aux prises avec un fardeau supplémentaire qui est celui de la variabilité du climat. Pour l'instant, leurs moyens de subsistance sont particulièrement dépendants et ils sont impuissants devant un climat si imprévisible. Face à cette impuissance au regard de l'impérvisiblité climatique, les communautés sont confrontées à un risque et une vulnérabilité plus grande"7.

    Le réchauffement climatique en raison des conditions climatiques et de l'effet des émissions à effet de serre selon Declan et al., est l'un des facteurs contribuant à la récente baisse des ressources hydriques du Nil8. Ces auteurs font valoir que la conjonction des hautes températures avec la réduction de l'eau souterraine dans les rivières d'Egypte et du Soudan est le corollaire de l'impact drastique du réchauffement climatique. En conséquence , le développement intensif le long du Nil a conduit à une pollution des ressources hydriques par de nombreux riverains pays.9

    Par exemple, les guerres éthiopiens et érythréens à la fin des années 1990 ont pollué une partie importante du bassin du Nil avec des dépôts de missiles dans les fleuves du Nil. Cette activité de pollution s'est aggravée avec la forte croissance de la population qui s'est concentrée dans le bassin du fleuve. Cette population, selon le Conseil mondial de l'eau 2006, a doublé au cours des deux dernières décennies, et continue d'augmenter avec une majoration des migrations vers le bassin.10

    L'impact de la pression démographique et de la diminution des ressources dans les bassins fluviaux est également compatible avec l'argument d'Aston que le sud et les parties nordiques obtiennent moins de précipitations que leur pays11 voisin équatoriale. Par exemple, le Nil a deux affluents confluentes reliant le Nil Blanc et le Nil Bleu , le Nil Bleu qui est considéré comme le plus fertile pour les flux de production agricole du lac de Tanna en Ethiopie grâce au Soudan du Sud East.12 les bassins bleus et blancs rivière coïncident également avec la division des riverains en amont et en aval , et leur source de l'eau . Alors que l' amont bénéficient principalement sur ​​les précipitations d'eau , les flux vers le bas comme les bassins fluviaux bleu bénéficie d' écoulement physique de l'eau ...
    http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com
  • You might also like