• Le dessalement : une solution face à la pénurie d’eau potable ?

    97,5% de l’eau sur la planète est salée. C’est pourquoi des pays comme l’Algérie, la Lybie, Singapour et Dubaï ont investi massivement dans des usines de dessalement pour retirer le sel de l’eau de mer.
     L’eau désalinisée ne représente aujourd’hui que 0,4% de l’approvisionnement total en eau en 2004. Mais selon le magazine américain Fast Company, le montant des investissements dans le dessalement pourrait atteindre 126 milliards en 2015 (contre 11 milliards aujourd’hui). Pourtant, cette technologie ne fait pas l’unanimité. Ses détracteurs estiment que l’eau très salée rejetée en mer lors du processus de transformation menace les écosystèmes marins.

    Le dessalement de l’eau de mer est-il une bonne solution face à la pénurie d’eau potable ?

    Craignez-vous une pénurie d’eau potable dans les années à venir ?


    Le problème de l’accès à l’eau potable dans le monde est mis en avant tous les 22 mars depuis 1992 à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. Conférences et tables rondes sont organisées pour créer le dialogue entre les gouvernements, les associations, les organisations internationales et le grand public. 

    Cette année, la Journée mondiale de l’eau était consacrée au thème de la gestion de l’eau dans les villes, un enjeu crucial alors que la croissance démographique urbaine est exponentielle.
    L’impact médiatique réduit de cet événement international étonne face à des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : selon les estimations de l’ONU, près de 700 millions de personnes sont actuellement affectées par une pénurie d’eau. Un chiffre qui devrait monter à 3,4 milliards à l’horizon 2025.
  • You might also like