• Zambie: une solution simple améliore l’approvisionnement en eau et l’assainissement dans les établissements de santé

    Lorsque Mary Mwape, sage-femme, pratique des accouchements à l’hôpital de mission de Lubwe dans la province de Luapula en Zambie, il n’y a souvent pas d’eau pour se laver les mains ou pour faire la toilette du nouveau-né. Or, des mères de toute la région sont transférées à l’hôpital pour l’accouchement et pour des soins de santé connexes. «Nous savons que nous devons nous laver les mains à fond avant de nous occuper de notre patiente, mais que faire lorsqu’il n’y a pas d’eau courante?», demande-t-elle.
    Les difficultés que rencontre Mary ne sont pas exceptionnelles. Dans de nombreux pays à faible revenu, beaucoup d’hôpitaux et de centres de santé n’ont ni eau, ni toilettes, ni savon. Faute de services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène de base, il est difficile pour les agents de santé de prévenir et de combattre les maladies infectieuses.
    «Si l’on fait la toilette d’un nouveau-né dont on vient de couper le cordon avec de l’eau tirée d’un puits peu profond ouvert ou de l’eau qui n’est pas propre, l’enfant risque de contracter des maladies comme le tétanos néonatal ou la septicémie du nouveau-né, qui peuvent être mortelles», explique Mary. «Une salle d’accouchement sans point d’eau est un danger pour la vie des nouveau-nés», ajoute-t-elle.

    150 établissements équipés de distributeurs d’eau

    La Zambie s'efforce depuis plusieurs années d'améliorer les services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène dans les établissements de santé du pays.
    En 2010, le ministère de la santé, avec l’appui du Centre de recherche sur les maladies tropicales et d’autres organisations, a installé de petits distributeurs d’eau pour la consommation et pour le lavage des mains dans 150 établissements de soins de santé, principalement dans les communautés rurales. Les établissements ont été choisis parce qu’ils signalaient des taux élevés de diarrhée et un manque d’accès à une eau propre.

    Bien que l’approvisionnement en eau présente une difficulté partout en Zambie, le projet exige de tous les établissements de santé équipés qu’ils disposent d’un approvisionnement en eau à l’intérieur des locaux ou à proximité pour pouvoir remplir les réservoirs.
    Le projet a consisté à placer deux distributeurs d’eau produits localement à des endroits stratégiques dans chaque établissement. L’un, de 60 litres, fournit de l’eau chlorée propre à la consommation, l’autre, de 70 litres, sert au lavage des mains au savon.
    Selon l’approvisionnement en eau de l’établissement de santé, les distributeurs d’eau sont remplis soit à partir d’un puits, soit à partir d’eau sous canalisation ou livrée. Un personnel dédié est chargé d’assurer le bon fonctionnement des distributeurs et la désinfection des approvisionnements en eau.
    «Les distributeurs d’eau permettent aux patients de prendre leurs médicaments avec de l’eau potable et aux agents de santé de se laver les mains entre deux malades», explique Mathias Tembo, spécialiste scientifique médical principal au Centre de recherche sur les maladies tropicales. «Si nous ne fournissons pas d’eau traitée, diverses maladies continueront à être transmises dans les établissements de santé.»
    Outre qu’ils permettent aux agents de santé de se laver les mains, les distributeurs d’eau accroissent la satisfaction des patients et favorisent les pratiques hygiéniques. Les agents de santé mettent à profit un moment propice pour encourager les patients à se laver les mains et à traiter leur eau de boisson à domicile.
    Du reste, des visites domiciliaires récentes ont montré que le programme fonctionnait. Les patients se lavent désormais régulièrement les mains à l’eau et au savon et conservent et traitent leur eau..

    Le manque d'eau et d'assainissement un problème majeur

    «Les efforts doivent être poursuivis si l’on veut améliorer l’approvisionnement en eau mais aussi pouvoir compter sur des approvisionnements sûrs et fiables en eau potable dans tous les établissements de santé de Zambie», déclare M. Tembo. «Nous ne nous sommes pas concentrés sur ce point par le passé, mais il est important de commencer.»
    L’utilisation de solutions hydroalcooliques est une mesure importante qui permet également d’assurer l’hygiène des mains pour prévenir l’infection, mais ces solutions ne sont pas disponibles partout.
    Selon le rapport de l’OMS et de l’UNICEF, «Water, sanitation and hygiene in health care facilities: status in low- and middle-income countries and way forward», plus d’un établissement sur trois dans les pays qui manquent de ressources n’ont aucun accès à l’eau. Lorsque la fiabilité, la sécurité et la distance de l’approvisionnement en eau sont prises en compte, ce rapport passe à un sur deux.
    Mais le manque d’eau n’est pas le seul problème. Près d’un établissement sur cinq n’est pas non plus équipé de toilettes et plus d’un sur trois ne dispose pas de savon pour le lavage des mains.
    Sans eau propre, toilettes et savon, les agents de santé comme Mary ne peuvent appliquer correctement les mesures de lutte contre l’infection et faire la démonstration des pratiques sûres à leurs patients. Elles font également courir aux nouveau-nés le risque de maladies potentiellement mortelles.
    Des mesures simples, comme les distributeurs d’eau installés en Zambie, peuvent faire immédiatement la différence. L’OMS, l’UNICEF et leurs partenaires comme WaterAid s’emploient à développer des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène dans les établissements de santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, de sorte que davantage de patients puissent recevoir des soins dans des environnements sécurisés.
    La réalisation d’améliorations durables à long terme exigera un plan d’action mondial qui intègre des politiques plus résolues, des engagements financiers accrus et des ressources humaines plus conséquentes. L’OMS et l’UNICEF travaillent actuellement à l’élaboration et à la mise en œuvre du premier plan.
  • You might also like