• gaspillage de l’eau potable


    Les recommandation du collectif WWF face au gaspillage de l’eau potable sont simples. La demande de WWF faite aux gouvernements et aux citoyens est de restaurer la qualité des eaux douces et d’économiser la consommation d’eau potable. Comment y parvenir ?
    En réduisant la pollution, et en préservant les fonctions écologiques des zones humides pour maintenir leur rôle d’épuration naturel. Cela passe aussi par une réglementation appropriée pour favoriser les économies d’eau dans les nouveaux habitats (récupération des eaux de pluie, réducteurs de débit). Mais c’est aussi un changement dans nos gestes du quotidien qui fera émerger une vrai économie.
    Dans un foyer, les consommations moyennes sont les suivantes :
    • Cuisson des aliments : de 3 à 10 litres
    • Chasse d’eau : de 10 à 12 litres
    • Douche : de 60 à 80 litres
    • Bain : de 150 à 200 litres
    • Lave-linge : environ 90 litres
    • Lave-vaisselle : de 25 à 60 litres
    • Lavage d’une voiture : de 300 à 400 litres
    • Arrosage des pelouses : de 17 à 20 litres par m2.

    Gaspillage de l’eau dans le monde

    1,1 milliard de personnes dans le Monde doivent se laver, se baigner et boire de l’eau insalubre ! 5000 enfants meurent chaque jour de maladies liées à l’eau insalubre alors que pendant ce temps, en France, chaque habitant consomme pendant une journée, en moyenne, 140 litres d’eau potable et un Américain jusqu’à 600 litres! Bien que près de 70% de la surface de la Terre soit recouverte d’eau (97 % d’eau salée et 3 % d’eau douce), de nos jours 1.4 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, soit presque 1/4 de la population mondiale !

    Gaspillage de l’eau en Tunisie

    Le tourisme, source de gaspillage de l’eau. Le touriste consomme en moyenne 300 litres d’eau par jour. L’eau constitue une source de consommation pour le touriste : celle des espaces verts des hébergements, des activités de loisirs (piscines, golfs, jardins…) Les touristes consomment jusqu’à deux fois plus d’eau que d’habitude. Soit 300 litres d’eau par jour et par personne. La pression du tourisme est la plus forte au moment où les ressources en eau sont rares et demandées par l’irrigation.
    Deux opérateurs interviennent pour l’eau potable à l’échelle nationale en Tunisie. Le premier est le département du génie rural au Ministère de l’Agriculture qui assure l’alimentation en eau potable en milieu rural, le deuxième est la SONEDE (Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux), qui alimente la population urbaine et rurale agglomérée. Cependant la gestion des eaux usées est du ressort de
    l’Office National de l’Assainissement (ONAS) placé sous la tutelle du Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire.

    Gaspillage de l’eau au Maroc

    Au Maroc, aujourd’hui, une partie de la population rurale n’a toujours pas accès aux ressources fondamentales que sont l’eau potable ou encore l’électricité. 8% seulement de la population rurale possède un raccordement à l’eau potable du réseau publique (contre 83% en milieu urbain). Cette fracture, due à un manque d’investissement est en train d’être comblée par le « Programme d’Approvisionnement Groupé en Eau Potable des Populations Rurales ». Ce programme lancé en 1995 (année de sécheresse importante au Maroc) permet à de nouvelles familles de recevoir l’eau potable. Il s’agit là d’une opportunité pour éviter le gaspillage de l’eau. Ainsi, des outils pédagogiques pour les familles et les enfants, vont leur permettre de prendre de bonnes habitudes dès le départ et ainsi ne pas faire les mêmes erreurs de gaspillage que les Européens !

    Gaspillage d’eau potable en France

    6,3 milliards de m3, c’est le volume d’eau potable utilisé en France en 2002 par les particuliers, les communes et les services publiques (IFEN, 2005). Sur les 19 % d’eau prélevés en France, seulement 2,5 % sont utilisés à des fins alimentaires, alors que les traitements pour la rendre potable coûtent chers.
    En France, depuis le début des années 90, la tendance générale de la consommation d’eau potable est évaluée à la baisse. Cette baisse se révèle durable et s’observe, globalement au niveau national et même local, dans la plupart des périmètres de distribution de l’eau. Cette baisse de la consommation en France est due à une politique d’économie d’eau dont le principe est le suivant:
    Cibler et définir les secteurs d’intervention : Les diagnostics d’économie d’eau qui visent à définir l’état des lieux afin de bâtir une politique cohérente d’économie d’eau, peuvent être effectués à plusieurs échelles :
    A l’échelle du bassin : l’objectif est de déterminer les secteurs offrant le plus de potentialité en matière d’économie des ressources en eau. A l’échelle de la collectivité locale : Au niveau de la ville, il est utile de déterminer les consommateurs selon le type d’activités afin de connaître leur importance et leur évolution.
  • You might also like