• LES MÉTHODES SIMPLES DE TRAITEMENT DE L’EAU À DOMICILE


     1) De quoi s’agit-il ?

    Les méthodes présentées dans cette fiche permettent de rendre de 
    l’eau potable. Elles sont applicables à domicile, à l’échelle familiale.
    Les méthodes décrites sont :
    * La filtration sur tissu . 
    * La méthode des trois récipients 
    * Le traitement par ébullition 
    * Le traitement par chloration 
    * Le traitement par filtre céramique 
    * La filtration sur sable 
    * La méthode Naîade (rayons UV)
    * La méthode Sodis (rayons solaires)
    * La méthode Solvatten (rayons solaires)
    * La méthode Lifestraw 

     
    2) Pourquoi ?

    Le traitement de l’eau avant consommation permet de lutter contre de nombreuses maladies comme la dysenterie, la typhoïde et le choléra.

     3) La filtration sur tissu

    On peut facilement filtrer de l’eau avec du tissu. Cela permet 
    d’éliminer les principales impuretés solides de l’eau ainsi que les 
    larves d’insectes susceptibles de s’y trouver. Le tissu utilisé, de 
    préférence du coton, doit être suffisamment épais pour bien retenir les 
    impuretés. S’il est trop épais, la filtration durera plus longtemps. Il 
    doit être lavé avant chaque utilisation.
    La filtration n’est pas un 
    moyen de traitement satisfaisant en soi. Cependant, filtrer l’eau avant 
    de la traiter par une des autres méthodes citées dans cette fiche permet
    d’améliorer significativement la qualité de l’eau obtenue.

    a) Avantages

    - Simplicité de la mise en œuvre
    - Coût quasiment nul
    - Très utile, voire indispensable en prétraitement

    b) Inconvénient

    - Traitement sommaire ne pouvant pas rendre l’eau potable si elle est contaminée à l’origine

     4) La méthode des trois récipients

    Celle-ci remplit le même rôle que la filtration et permet d’enlever 
    les principales impuretés solides qui se trouvent dans l’eau.
     Pour plus d’efficacité, cette méthode peut être utilisée en complément d’une filtration.

    a) Avantages
    - Simplicité de la mise en œuvre. Coût pratiquement nul.
    - Réduction importante des impuretés et des germes pathogènes

    b) Inconvénients

    - La désinfection n’est pas totale
    - Temps d’attente

     5) Le traitement par ébullition

    Le traitement par ébullition est également relativement simple à 
    mettre en œuvre. Il permet de tuer la totalité des germes et 
    micro-organismes présents dans l’eau. Pour cela, l’eau doit être 
    préalablement filtrée ou décantée puis bouillie à gros bouillons (il ne 
    suffit pas de la faire frémir) pendant une minute à basse altitude, et 
    pendant trois minutes à plus de 2000 mètres d’altitude. L’eau traitée 
    par ébullition peut avoir un goût fade. Ce problème peut être réglé en 
    secouant vigoureusement l’eau pour la ré oxygéner ou en y ajoutant un 
    peu de sel.

    a) Avantages

    - Simplicité de la mise en œuvre
    - Tue tous les germes pathogènes

    b) Inconvénient

    - Nécessite du bois (environ 1kg par litre d’eau) et un récipient résistant à la chaleur

     6) Le traitement par chloration

    est un moyen simple et efficace pour désinfecter l’eau en vue de la 
    rendre potable. Elle consiste à introduire des produits chlorés 
    (pastilles de chlore, eau de javel,….) dans de l’eau pour tuer les 
    micro-organismes qu’elle contient. Après un temps d’action de 30 
    minutes, l’eau est potable. Elle le reste pendant quelques jours (en 
    fonction des conditions de stockage) grâce à l’effet rémanent du chlore.

    a) Avantages

    - L’eau boueuse peut être rendue potable. Si le traitement est effectué correctement, tous les germes pathogènes sont éliminés.
    - Effet durable de la chloration

    b) Inconvénients

    - Les produits doivent, pour la plupart, être acheminés de l’extérieur. Risques de manipulation.
    - Coût non négligeable.
     Cette chloration
    peut se faire par exemple, après floculation si nécessaire, dans une 
    jarre en terre cuite munie en bas d’un robinet ( le Poste d’eau potable 
    imaginé par le Dr Monjour, voir à la fin) ou dans tout autre récipient.

     7) Le traitement par filtration sur sable


    Le filtre à sable est un moyen de traitement des eaux écologique, 
    relativement simple et peu coûteux. Son principe est de faire percoler 
    de l’eau à travers une couche de sable. Il en existe deux types :

    a) Le filtre à sable de prétraitement

    Il remplit le même rôle que la filtration sur tissu. Il est en 
    général plus efficace et présente par ailleurs les mêmes avantages et 
    inconvénients
    Avantages
    - Simplicité de mise en œuvre. Faible coût.
    - Adapté aux situations d’urgence.
    Inconvénients
    - Ne permet qu’un traitement sommaire de l’eau.
    - N’est efficace qu’en prétraitement des méthodes de désinfection par rayonnement solaire, par chloration ou par ébullition.

    b) Le filtre à sable biologique

    Ce filtre constitue à lui seul un moyen de filtration et de décontamination.
    Avantages
    - Correctement entretenu, le filtre à sable biologique est efficace sur une longue durée. Peu coûteux.
    Inconvénients
    - Le traitement peut être lent.
    - Entretien et suivi plus complexes.

     8) Le traitement par filtre céramique

    (Voir pour plus de précisions la Fiche E22 « Le traitement à l’aide de filtres en céramique. »)

    Autre application du principe Agrandir
    Les filtres céramiques pour le traitement des eaux sont utilisés depuis plusieurs siècles.
    Selon
    le type, il s’agit de petites installations fixes (individuelles) ou 
    d’appareils transportables permettant de filtrer l’eau où que l’on soit.

    Ces équipements peuvent être fournis par des fabricants de systèmes et de produits de purification de l’eau.
    Dans les pays en développement, ces filtres sont fabriqués sur place,
    souvent sous forme de micro-entreprises autofinancées. Ils ont souvent 
    la forme d’un pot de fleur ou d’un bol et sont imprégnés de fines 
    particules colloïdales en argent servant de désinfectant et empêchant la
    prolifération des bactéries dans le filtre. Le filtre est installé dans un récipient de 20 à 30 litres, en plastique ou en céramique.
    Ces dispositifs, s’ils sont bien conçus et bien fabriqués, peuvent 
    éliminer ou désactiver presque toutes les bactéries et parasites protozoaires. Par contre, ils ne sont pas efficaces contre les virus
    Le
    nettoyage et la maintenance du filtre sont très importants : il est 
    recommandé de prévoir un programme éducatif sur les techniques de 
    stockage salubre, le nettoyage du filtre et d’autres actions 
    recommandées.

    a) Avantages

    - Facilité d’emploi.
    - Longue durée d’utilisation.
    - Cout assez faible quand le filtre est fabriqué sur place.

    b) Inconvénients

    - Débit faible de production (1 à 2 litres par heure).
    - Risque potentiel de recontamination de l’eau conservée sans chlore résiduel.
    - Entretien nécessaire du filtre (avec une brosse de nettoyage).
     9) La méthode Sodis
    La méthode SODIS
    se prête parfaitement au traitement de l’eau de boisson dans les pays 
    en développement car elle ne requiert que de la lumière solaire et des 
    bouteilles en plastique transparent léger appelé PET( polyéthylène 
    téréphtalate).
    Les bouteilles PET incolores sont remplies d’eau et 
    exposées au soleil pendant six heures. Les rayons UV A contenus dans la 
    lumière solaire tuent les germes infectieux comme les virus, les 
    bactéries et les parasites (Giardia et Cryptosporidia). La méthode 
    fonctionne également à basses températures d’air et d’eau.

    - Simplicité de la mise en œuvrea) Avantages

    - Coût nul.
    - Efficacité, fiabilité.

    b) Inconvénients

    - Durée du traitement.
    - Faible volume traité.

     10) Le procédé Solvatten


    La méthode Solvatten
    a été mise au point par l’organisme suédois du même nom. C’est une 
    adaptation astucieuse de la méthode SODIS. Elle utilise un bidon spécial
    que l’on remplit d’eau (à filtrer ou à décanter préalablement si elle 
    est très trouble), et qu’on expose au soleil. Au bout de deux à six 
    heures en fonction des conditions météo, une pastille rouge de 
    l’appareil tourne au vert, ce qui indique que le traitement est terminé.
    On peut alors laisser refroidir l’eau puis la consommer ou l’utiliser 
    telle quelle, puisqu’elle est alors chaude, pour faire cuire des 
    aliments.
    La méthode Solvatten combine une filtration et une désinfection par UV et chauffage. Elle est très efficace.

    a) Avantages

    Simplicité de la mise en œuvre.
    - Méthode efficace et fiable. Utilisation commode et sécurisante pour des personnes en déplacement.
    b) Inconvénients
    - Les bidons doivent être achetés et acheminés de Suède.
    Coût important pour des familles à faibles ressources (70 € en sortie d’usine par palettes de 72 unit és)
    Eau non protégée contre les recontaminations si elle n’est pas bue assez rapidement.

     11) La méthode Lifestraw ou méthode de la « Paille filtrante »

    Cette
    méthode assez récente, inventée par un Danois, Vestergaard Frandsen, 
    ,lequel commercialise le procédé avec une société suisse du même nom à 
    Lausanne ayant 11 antennes continentales ou régionales, est 
    particulièrement simple.
    Il consiste à aspirer de l’eau dans, non pas
    une vraie paille, mais dans un petit tube en plastique de 3 cm de 
    diamètre et de 25 cm de long contenant des filtres désinfectants surtout
    à base de charbon actif et de produit iodé (lequel devrait être diminué
    désormais compte tenu du goût qu’il donne parfois à l’eau).
    Cet 
    appareil, dont le coût (en grandes quantités) est d’environ 3 € (mais 
    parfois plus) devrait permettre de filtrer de 700 à 1 000 litres d’eau
    La
    Société, spécialisée dans les produits d’urgence ou de prévention de 
    certaines maladies, a également mis au point, ce qu’elle appelle le 
    « Lifestraw Family » un appareil adaptant le principe à l’usage de toute
    une famille et capable de filtrer de 15 000 à 18 000 litres d’eau.

    a) Avantages

    - simplicité, entretien très facile (en soufflant dans l’appareil pour éviter le colmatage) 
    - très commode en cas de déplacement ou de panne d’un système de traitement d’eau
    - suppression , annoncée quasi-totale ,des bactéries et des parasites protozoaires
    - aucune énergie nécessaire
    - réduction de la turbidité (utilisation possible en eau trouble) par filtration des particules jusqu’à 0,2 microns

    b) Inconvénients

    - produit davantage approprié à des situations d’urgence ou temporaires.
    - coût faible mais encore trop important pour les très nombreuses régions où le revenu ne dépasse pas 1 €/jour ainsi 
     qu’en comparaison du coût moyen d’une adduction simple et définitive d’eau potable ( de 20 à30 €/personne)

     12) Les méthodes de purification par génération de rayons ultra violets


    a) La Méthode NEDAP


    Photo Naiade
    Celle-ci a été mise au point par la Société hollandaise NEDAP qui a conçu un appareil de faible encombrement et mobile de 75 Kg appelé « Naiade ».
    Le procédé consiste à désinfecter l’eau à l’aide d’une lampe à rayons ultraviolets après l’avoir filtrée. La lampe est alimentée par l’intermédaire d’un panneau solaire.
    Après
    remplissage du réservoir, l’eau passe au travers de 3 filtres qui 
    retiennent successivement les graviers, les matières en suspension et 
    les particules. La lampe UV chauffe en deux minutes et émet des rayons 
    UV désinfectant l’eau à raison de 4 à 5 litres par minute. Il peut 
    purifier jusqu’à 2500 litres d’eau en dix heures.
    Le prix usine du Naïade est d’au moins 4000 euros.
    Pour une durée de vie de dix ans, dans un village de 250 habitants, 
    c’est un investissement de 2 centimes d’euro par jour pour 20 litres 
    d’eau par habitant. Ce tarif inclut l’amortissement, l’utilisation et 
    l’entretien. Mais son prix installé sur place peut atteindre 6000 €… 
    Avantages
    - Simplicité de la mise en œuvre.
    - Coût faible d’entretien après l’acquisition de l’équipement.
    - Efficacité et rapidité.
    - Bonne capacité de production journalière (jusqu’à 2500 litres d’eau potable).
    Inconvénients
    - Matériel à importer. Coût d’achat important (au moins 4000€)
    - Eau non protégée contre les contaminations si elle n’est pas utilisée assez rapidement.

    b) Le concept « 1001 fontaines »

    Celui-ci a vu le jour en 2004 au Cambodge et a été 
    conçu par une ONG française qui porte le même nom. Il a pour but de 
    fournir de l’eau potable à des personnes ou villages qui en sont 
    dépourvus, tout en créant une petite actvité économique locale
    en vendant l’eau produite à un coût faible mais suffisant pour 
    rémunérer ceux qui sont responsables de son exploitation.et se 
    développer. La technique est pratiquement la même que la précédente. 
    L’appareil, appelé Fontaine, peu encombrant, est constitué de 4 filtres et d’une lampe à ultraviolets
    alimentée en électricité par un panneau solaire. Avant d’être 
    introduite dans les filtres, l’eau est par précaution débarrassée de ses
    matières en suspension en la faisant décanter dans 2 grandes citernes adjacentes. Elle passe ensuite successivement dans 4 filtres de plus en plus fins, puis est exposée au rayonnement de la lampe UV qui tue ou inhibe les bactéries.
  • You might also like