• Principaux problèmes rencontrés par les enfants en Arabie Saoudite

    Malgré les nombreux stéréotypes qui entourent l’Arabie Saoudite, la pauvreté y est bel et bien présente. Ce sujet qui était autrefois tabou, ne l’est plus aujourd’hui ce qui permet permet d’en découvrir « l’envers du décor ».
    Les familles pauvres, souvent réfugiées dans de petits appartements sont contraintes de limiter les droits les plus fondamentaux de leurs enfants : nourriture, eau potable, soins…
    Le personnel et matériel de santé en Arabie Saoudite sont de qualité. Toutefois, 21‰ des enfants décèdent avant l’âge de 5 ans. Une partie d’entre eux souffrent d’insuffisance pondérale.
    Le personnel de santé, majoritairement de nationalité étrangère, ne pratique pas l’arabe, ce qui constitue une barrière. La population ne parlant que cette langue ne peut  donc pas comprendre les conseils des médecins, ce qui peut entraîner de graves conséquences sur la vie des enfants.
    Les maltraitances envers les enfants sont assez communes en Arabie Saoudite : environ 70 cas déclarés par an et de nombreux sont passés sous silence. Afin de lutter contre ce fléau, un programme de sensibilisation auprès des professionnels médicaux a été mis en place pour les aider à détecter facilement les marques de violence.
    Les chiffres concernant l’accès à l’éducation sont alarmants puisque seulement 85% des enfants sont scolarisés. De plus, l’école n’est pas obligatoire en Arabie Saoudite. Les enfants apatrides sont les premiers touchés par ce fléau.
    En effet, l’école n’étant pas gratuite pour eux, il est parfois difficile pour leur famille de payer leurs études. En outre, les études islamiques sont d’une grande importance dans le système éducatif saoudien.
    Dès lors, les filles et les garçons vont dans des écoles différentes et bénéficient d’un budget séparé. Une certaine discrimination peut alors être décelée envers les filles, étant donné que les saoudiens comptent beaucoup sur les garçons pour l’avenir du pays.
    Les mineurs saoudiens ne peuvent se déplacer librement à l’étranger; la délivrance d’un passeport ainsi que d’un visa est nécessaire.
    Pour obtenir ce passeport, les enfants saoudiens doivent obtenir le consentement d’un tuteur masculin. Ces enfants, malgré l’obtention de ces papiers officiels peuvent se voir interdire tout déplacement à l’étranger.
    En effet, les entités gouvernementales ainsi que les membres masculins de la famille peuvent mettre sur « liste noire » des enfants et leur interdire ainsi tout voyage.
    En Arabie Saoudite, les critères d’obtention de la nationalité sont stricts : naissance de l’enfant après le mariage de ses parents, il faut que les parents aient leurs papiers, seul le père peut transmettre la nationalité. En découle donc un nombre importants d’enfants apatrides; lesquels n’ont pas accès à l’éducation et aux soins médicaux de façon gratuite.
    L’Arabie Saoudite a ratifié la Convention des Droits de l’Enfant qui interdit la peine de mort pour les mineurs, néanmoins cela n’est pas respecté par ce pays. En effet, certaines personnes, mineurs au moment des faits pour lesquels elles sont déclarées coupables, ont été exécutées par les autorités saoudiennes. La dernière exécution daterait de 2009.
    Droit à l’environnement
    Avec 15,8 tonnes d’émission de CO2 par habitant et par an, l’Arabie Saoudite est l’un des plus mauvais élèves en matière de pollution de la planète. Cela a un impact sur la vie des enfants et sur leurs perspectives d’avenir. Tous les enfants ont le droit de vivre dans un environnement sain. L’Arabie Saoudite a de réels progrès à faire pour réduire son empreinte écologique.
  • You might also like