• COMBATTRE LES MALADIES HYDRIQUES

    A la suite d’une catastrophe naturelle, d’un déplacement de populations ou d’un conflit, le manque d’eau potable et les conditions sanitaires précaires, parfois aggravés par la surpopulation, génèrent des risques importants pour la santé et pour la survie des sinistrés. Engagée auprès des populations les plus vulnérables aux maladies liées à une eau non potable et à un environnement insalubre, SOLIDARITES INTERNATIONAL lutte contre les maladies hydriques qui tuent chaque année plus de 2,6 millions de personnes.

    Pour combattre les maladies hydriques, les services d’assainissement sont tout aussi importants et urgents que l’accès à l’eau potable et à l’hygiène.
    Dès les premiers jours de crise, il peut être nécessaire de ramasser les excrétas laissés à l’air libre par la population affectée. Dans le même temps, pendant la construction des latrines communautaires, des aires de défécation contrôlée, dans des endroits sécurisés, peuvent être mises en place.

    LA GESTION DES DÉCHETS POUR ÉVITER 

    LES ÉPIDÉMIES

    Une fois les latrines construites (à fosse simple ou fosse septique, surélevées ou pas selon les conditions environnementales et culturelles), SOLIDARITÉS INTERNATIONAL organise un système de gestion et de nettoyage. En fonction de la durée de la crise, des systèmes de vidange et de traitement de boues de vidange et d’eaux usées sont planifiés et mis en place. Le traitement des excrétas peut être réalisé selon une ou plusieurs techniques en séries : réacteur anaérobie à chicanes, bassins de lagunage, bassin de sédimentation et d’épaississement, lits de séchage, compostage, réacteur anaérobie à biogaz, désinfection, etc.
    L’assainissement, c’est aussi la gestion des déchets solides par enfouissement et incinération contrôlée, et parfois leur recyclage quand les conditions le permettent. C’est enfin le drainage des eaux pluviales et des points d’eau pour éviter les inondations et les eaux stagnantes.
    Construire des infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement (points d’eau, toilettes) n’est pas suffisant. Les personnes frappées par une crise ont également besoin de savoir comment utiliser les services auxquels ils ont accès, en général différents de ceux qu’ils utilisaient avant la crise. Pour garantir la qualité et la durabilité des services mis en place, il est fondamental de réglementer leur utilisation, en coordination avec la population qui doit être formée.
    Il est aussi urgent de leur fournir tous les petits articles du quotidien nécessaires à leur hygiène personnelle : contenants d’eau (seaux), savons de bain et de lessive, produits d’hygiène menstruelle pour les femmes, etc.

    SENSIBILISER, UNE PRIORITÉ DE L’ACTION

     HUMANITAIRE

    Pour prévenir les épidémies, il est également indispensable d’identifier les comportements à risque hygiénique et d’éduquer les personnes à les changer en planifiant les messages et les modalités de communication adaptées à la culture locale et au contexte d’urgence. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL utilise des méthodologies expérimentées au niveau international, qui se basent sur une approche anthropologique et participative, et les adapte à la situation locale. Ces méthodologies utilisent des techniques de rencontre individuelle ou communautaire, des scènes de théâtres, des activités ludiques dans les écoles, des campagnes de promotion par images ou par poster sur site, mais aussi par des messages diffusés dans les médias.
  • You might also like