• L’eau, le calcaire et les canalisations

    Parmi les éléments dont se charge l’eau en ruisselant et en s’infiltrant dans les sols, on trouve le calcium et le magnésium, issus principalement des sols calcaires. La teneur en ces deux éléments détermine la dureté de l’eau, aussi appelée titre hydrométrique (TH). La dureté s’exprime en degrés français.


     Un degré français correspond à 4mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. On considère qu’une eau est très douce en dessous de 10°F, douce entre 10 et 20°F, moyennement dure entre 20 et 30°F, dure entre 30 et 40°F et très dure au-delà. La teneur en calcaire de l’eau ne présente aucun danger pour la santé, c’est la raison pour laquelle elle ne figure pas parmi les exigences de qualité de l’eau destinée à la consommation humaine. Néanmoins, les eaux douces ou exagérément adoucies favorisent la corrosion des canalisations et peuvent voir leurs concentrations en fer, cuivre, zinc ou plomb s’élever lorsqu’elles stagnent dans les conduites. C’est pourquoi les eaux ne doivent être ni corrosives, ni agressives. Inversement, une eau très calcaire peut constituer une gêne pour certains usages (entartrages des appareils électroménagers, …). La dureté élevée d’une eau peut être corrigée par la mise en place d’un adoucisseur. Toutefois, ce type de traitement présente trois inconvénients : - la modification des caractéristiques de l’eau, avec une forte augmentation de la teneur en sodium; - un risque de prolifération bactérienne si l’entretien est mal assuré; - des phénomènes de corrosion des conduites et des appareils ménagers si l’adoucissement est exagéré.

    L’installation d’un adoucisseur se justifie, pour des raisons de confort et de protection des appareils ménagers face à l’entartrage, uniquement sur les circuits d’eau chaude et lorsque la dureté est supérieure à 25°F.
  • You might also like