• L'Islande reprend pleinement la chasse à la baleine et tue une emblématique baleine bleue

    www.notre-planete.info

    Si le seul chasseur de baleines de l'Islande a renoncé à tuer des rorquals communs en 2016 et 2017, cela ne lui a pas empêché de tuer des baleines de Minke, avant de reprendre pleinement la chasse en juin 2018...
    L'Islande est célèbre pour l'observation touristique de ses baleines, mais elle chasse encore des rorquals communs à cause de Kristjan Loftsson qui détient la société Hvalur hf[1], spécialisée dans la pêche et l'exportation de viande de baleine vers le Japon, devenu son unique client.
    Ainsi, en 2015, Hvalur hf a tué 155 rorquals communs (Balaenoptera physalus), le deuxième plus grand cétacé du monde, une espèce magnifique et emblématique malheureusement classée comme "menacée d'extinction" par l'UICN.

    Mais les contraintes administratives du Japon ont eu raison de cette activité, du moins pour les années 2016 et 2017. Kristjan Loftsson a ainsi déclaré au quotidien Morgunbladid qu'il ne chasserait pas de rorquals communs lors de la prochaine saison en raison de la multiplicité des prélèvements et certificats de laboratoire exigés par les Japonais : "Si le Japon n'adopte pas des méthodes modernes d'analyses comme en Islande (...) Hvalur en serait plus capable de chasser des baleines pour le marché japonais" s'indigne-t-il.
    Déjà en 2015, "l'acheminement d'une cargaison de 1 700 tonnes de viande de rorqual commun issues de stocks à destination du Japon avait été considérablement ralenti en raison de l'impossibilité pour le transporteur de faire escale dans un nombre croissant de ports étrangers, réticents à l'idée de faire transiter cette marchandise. L'année précédente, le navire transportant la cargaison de viande de baleine avait été contraint de retourner en Islande après avoir essuyé des refus d'entrée dans plusieurs ports." précise l'ONG IFAW.

    Les baleines de Minke ne sont toujours pas épargnées

    Si le rorqual commun a connu un sursis de seulement deux ans, les baleiniers islandais ont tout de même levé l'ancre fin avril 2016 pour chasser des baleines de Minke (Balaenoptera acutorostrata), "en dépit d'un marché intérieur limité pour la viande de cet animal", indique IFAW.

    Pour 2017
    , "il n'y aura pas de chasse au rorqual commun en Islande cet été, car le seul chasseur de baleines du pays, Kristjan Loftsson, a annoncé dans les médias islandais que cette année encore, il renonçait à chasser les rorquals communs en raison de problèmes économiques" précise IFAW. Toutefois, le quota de chasse des baleines de Minke décidé par l'Islande est de 224 alors qu'en 2016, 46 baleines de Minke ont été harponnées.29 baleines de Minke ont été tuées en 2015, alors que le ministère de la Pêche avait donné son accord pour la chasse de 239 baleines. En 2014, 24 baleines de Minke avaient été abattues indique Gísli Ólafsson, Président d'IceWhale, l'association islandaise d'observation des baleines dans une lettre à Sea Shepherd.

    "La baie de Faxaflói, qui borde Reykjavik, est une zone propice à l'observation des baleines, et donc aussi à la chasse. Ainsi, la quasi-totalité des prises a lieu dans cette baie, dont 80 % juste à la limite de la zone d’observation, ce qui signifie que les baleines de Minke les plus « curieuses », celles que les touristes peuvent fréquemment apercevoir, sont aussi celles qui sont tuées." explique IFAW.

    2018 : le rorqual commun est de nouveau chassé

    Après une pause de seulement 2 ans, la compagnie Hvalur hf. a repris la chasse au rorqual commun le 19 juin 2018. "Les baleines seront utilisées dans la recherche et la fabrication de compléments alimentaires riches en fer ainsi que de gélatine provenant des os et de la graisse", précise IceNews.
    Objectif de Hvalur hf. : répondre à la demande des Japonais, en espérant que leur marché s'ouvre de nouveau.
    Les autorités islandaises ont autorisé les baleiniers à tuer 190 rorquals communs, mais rien n'indique quel sera le nombre final de baleines tuées.

    La viande de baleine ne fait plus recette en Islande

    Et pourtant, même en Islande, la population se détourne de plus en plus de la consommation de viande de baleine : un sondage Gallup de 2016 révèle que 3 % seulement des Islandais affirment manger régulièrement de la viande de baleine. En outre, le nombre de touristes déclarant avoir goûté à la viande de baleine a diminué de plus de moitié au cours des cinq dernières années, passant de 40 % en 2009 à 18 % en 2014.
    Autre tendance encourageante : plus de la moitié des restaurants du centre-ville de Reykjavik se sont par ailleurs engagés à ne plus servir de viande de baleine.
    D'un autre côté, "l'observation des baleines est l'une des principales attractions touristiques en Islande. Elle attire environ 300 000 touristes[2] et génère quelque 11,7 millions d'euros chaque année, prouvant ainsi que les baleines sont bien plus bénéfiques à l'économie islandaise lorsqu'elles sont en vie."
    IFAW est favorable à l'agrandissement du sanctuaire baleinier de la baie de Faxaflói, qui borde Reykjavik, et exhorte le gouvernement islandais à mettre fin définitivement à la chasse commerciale à la baleine dans ce pays.
    Malheureusement, la chasse à la baleine de Minke ne se limite pas à l'Islande : de 1993 et 2016, la Norvège a chassé près de 12 400 baleines de Minke, soit le double des prises du Japon et de l'Islande réunis...
  • You might also like