• La crise de l'eau persiste


    La pénurie de l'eau potable se pose avec acuité dans la ville commerciale d’El-Eulma, située à une vingtaine de kilomètres à l’est de Sétif.
     En effet, le manque de ce liquide précieux continue d’affecter durement plusieurs cités de cette ville, et ce, en dépit des fortes précipitations qui se sont abattues sur la région notamment en avril et mai de l’année en cours.

    Ainsi, les citoyens habitant des cités à l’instar de celles du 5-Juillet appelée communément Boukhabla, Houari-Boumediene, El-Tassahomi et Bourafref, pour ne citer que celles-ci, ne savent plus à quel saint se vouer pour le règlement de ce problème qui n’a que trop duré. “Cela fait plusieurs mois que notre cité est privée d’eau. 
    Le réseau d’alimentation connaît des perturbations récurrentes car l’eau coule dans nos robinets une fois à deux fois par mois. Cette quantité est insuffisante dans cette période estivale. Beaucoup de citoyens recourent à l’achat des citernes mobiles pour couvrir leurs besoins en eau”, nous dira un habitant de la cité Bourefref El-Djadida.

    Un autre habitant de la cité Boukhabla a ajouté que la situation n’a pas changé depuis l’année passée et ce malgré les promesses fournies chaque fois par les responsables. “Cette année, notre région a enregistré de fortes pluies mais la situation en matière d’alimentation en eau potable ne s’est pas améliorée.
     L’eau ne coule qu’une fois toutes les deux semaines”, ajoutera notre interlocuteur. Par ailleurs, de nombreux citoyens résidant dans la cité El-Tassahomi sont aussi privés de ce liquide vital notamment ceux occupant les étages supérieurs des immeubles, a-t-on appris des citoyens.

    A. LOUCIF
    www.liberte-algerie.com
  • You might also like