• Rapport mondial des N.U

    La plupart des activités humaines qui utilisent de l’eau produisent des eaux usées. Étant donné que la demande d’eau dans son ensemble augmente, la quantité d’eaux usées produites, et leur charge polluante globale, sont en augmentation constante dans le monde entier.

    Dans tous les pays, à l’exception des plus développés, la grande majorité des eaux usées sont directement rejetées dans l’environnement, sans traitement adéquat, ce qui a des effets néfastes sur la santé humaine, la productivité économique, la qualité des ressources d’eau douce environnementales, et les écosystèmes. Bien que les eaux usées soient un élément clé du cycle de gestion de l’eau, l’eau, après avoir été utilisée, est trop souvent considérée comme un fardeau à éliminer ou une gêne à ignorer. Les résultats de cette négligence sont à présent évidents. Les impacts immédiats, et notamment la détérioration des écosystèmes aquatiques et les maladies d’origine hydrique causées par un approvisionnement en eau douce contaminée, ont des répercussions importantes sur le bien-être des communautés et les moyens de subsistance des individus.

     L’incapacité persistante à considérer les eaux usées comme un problème social et environnemental majeur pourrait compromettre d’autres efforts déployés en vue de réaliser l’Agenda 2030 pour le développement durable. Face à la demande en augmentation constante, les eaux usées prennent de l’ampleur en tant que source d’eau alternative fiable, modifiant ainsi le paradigme de la gestion des eaux usées de « traitement et élimination » à « réutilisation, recyclage et récupération de ressources ».

    À cet égard, les eaux usées ne sont plus considérées comme un problème en quête de solution, mais plutôt comme une partie de la solution aux défis auxquels les sociétés doivent faire face aujourd’hui. Les eaux usées peuvent également être une source rentable et durable d’énergie, de nutriments, et d’autres produits dérivés utiles. Les bénéfices potentiels de l’extraction de ces ressources à partir des eaux usées dépassent de loin la santé humaine et de l’environnement, et ont des implications sur la sécurité alimentaire et énergétique ainsi que sur l’atténuation du changement climatique. Dans un contexte d’économie circulaire, dans laquelle le développement économique est en équilibre avec la protection des ressources naturelles et le développement durable, les eaux usées représentent une ressource largement disponible et précieuse. Les perspectives sont indéniablement optimistes, si les actions sont prises dès à présent.


    Dans le monde, une augmentation significative de la demande en eau est prévue dans les prochaines décennies. Outre le secteur agricole, qui est responsable de 70% des prélèvements d’eau de la planète, des augmentations importantes de la demande en eau sont prévues pour la production industrielle et énergétique. L’urbanisation accélérée et l’expansion de l’approvisionnement en eau et des réseaux d’assainissement municipaux contribuent à la demande accrue. Les scénarios portant sur le changement climatique prévoient une aggravation des variations spatiales et temporelles de la dynamique du cycle de l’eau, à tel point que les écarts entre l’approvisionnement et la demande en eau se creusent de plus en plus.
    La fréquence et la sévérité des inondations et des sécheresses vont probablement évoluer dans de nombreux bassins hydrographiques du monde. Les sécheresses peuvent avoir des conséquences socio-économiques et environnementales très significatives. La crise en Syrie a été, entre autres facteurs, déclenchée par une sécheresse historique (2007–2010). Les deux tiers de la population mondiale vit actuellement dans des zones qui souffrent de manque d’eau pendant au moins un mois par an.

     Quelques 500 millions de personnes vivent dans des régions où la consommation d’eau est deux fois plus élevée que les ressources hydriques renouvelables locales. Les zones hautement vulnérables, dans lesquelles les ressources non renouvelables (p. ex. Les eaux souterraines fossiles) continuent à diminuer, sont devenues fortement dépendantes des transferts en provenance de zones où l’eau est abondante, et recherchent activement des sources alternatives à coût abordable. La disponibilité des ressources hydriques est également étroitement liée à la qualité de l’eau, étant donné que la pollution des sources hydriques peut exclure différents types d’utilisation.

    L’augmentation des rejets d’eaux usées non traitées, combinée au ruissellement agricole et au traitement inadéquat des eaux résiduelles de l’industrie, ont entraîné la dégradation de la qualité de l’eau dans le monde. Si les tendance actuelles se confirment, la qualité de l’eau continuera à se détériorer au cours des prochaines décennies, notamment dans les pays pauvres en ressources, situés dans des zones arides, mettant encore davantage en péril la santé humaine et les écosystèmes, contribuant au manque d’eau, et entravant le développement économique durable.

    http://unesdoc.unesco.org


  • You might also like