• Afrique : la femme et l'eau ..

    Sylvain Usher galvanise les professionnelles de l’eau et de l’assainissementSylvain Usher galvanise les professionnelles de l’eau et de l’assainissement

    Pour Sylvain Usher, directeur exécutif de l’AAE, les femmes restent marginalisées en Afrique. Or elles composent la majorité écrasante de la population.
    Le Forum des femmes apparaît donc indispensable pour booster le rôle de la femme en ce qui concerne les changements climatiques. « Les femmes ont une potentialité extraordinaire de pouvoir gérer, de pouvoir comprendre les problématiques et nous pensons que nous n’utilisons pas assez nos femmes en Afrique pour réfléchir sur ces problèmes ». C’est pourquoi, a-t-il renseigné, « l’Association africaine de l’eau a bien sûr, dans le cadre de ces activités, accordé une attention particulière à l’approche genre ».
    « Quand nous regardons l’image qui est derrière nous, nous voyons des personnes qui portent l’eau pour l’emmener certainement à domicile et on constate qu’il n’y a aucun homme. Et pourtant l’homme est assis à la maison et attend l’eau pour se laver. On s’est dit que si les dames ont une certaine manière de gérer l’eau même à ce niveau-là, nous pensons que dans les sociétés d’eau, elles devraient aussi avoir le droit de montrer ce qu’elles savent faire et c’est la raison pour laquelle ce réseau est né ». C’est ce qui a amené l’AAE à se pencher sur la mise en place d’un réseau des femmes professionnelles de l’eau et de l’assainissement. Sylvain Usher se réjouit de l’engouement et de l’intérêt que les femmes témoignent au forum : « Progressivement le réseau des femmes est entrain de se mettre en place dans différents pays et nous pensons qu’il est nécessaire à chaque congrès de voir comment les choses évoluent au niveau des femmes ». Il espère fermement que les femmes puissent gravir des échelons au sein de l’AAE. « Dans le comité de direction de l’AAE, il y a 17 membres et parmi ces 17 membres, il n’y a aucune femme ». Cette situation doit impérativement être corrigée. Le directeur exécutif rêve bien des directrices responsables des sociétés d’eau. « La femme a une meilleure opportunité de réflexion par rapport à l’eau et à l’assainissement. C’est vrai que dans la gestion commerciale on voit beaucoup de dames. Nous voulons que cela monte pour arriver à la direction générale. Je ne peux que féliciter la dimension et l’engouement avec lesquels les dames se mettent aujourd’hui dans le réseau et ceci est pour l’association, une fierté intense ». Il a alors exhorté les directeurs généraux à donner la possibilité aux femmes d’occuper des postes stratégiques dans les sociétés d’eau.
  • You might also like