• traitement des eaux usée

    Le prétraitement des eaux résiduaires urbaines vise à protéger le relèvement des eaux brutes et plus généralement à éliminer tout ce qui pourrait gêner les traitements ultérieurs.

    Suivant la qualité de l’eau à traiter, plusieurs opérations peuvent être nécessaires, parmi lesquelles :

    • Le dégrillage qui permet de : protéger les ouvrages aval contre l’arrivée de gros objets susceptibles de provoquer des bouchages dans les canalisations de liaison et les différentes unités des installations et de séparer les matières volumineuses charriées par l’eau brute en vue de les évacuer.

    • Le tamisage ouvre par exemple, un appareil à tambour Prepazur, destiné à réaliser le prétraitement des effluents de petites et moyennes stations d’épuration. Il remplit 3 fonctions : la séparation liquide et solide, le compactage et l’ensachage des déchets.

    • Le dessablage, qui a pour but d’extraire des eaux brutes les graviers, sables et particules minérales plus ou moins fines, de façon à éviter leurs dépôts dans les canaux et conduits et à protéger les pompes et autres appareils contre l’abrasion.

    • Le traitement spécifique des graisses par Biomaster, procédé de dégradation biologique aérobie spécifique aux résidus graisseux à des concentrations types de 50 à 300 g.L-1 de DCO des triglycérides.
    Le prétraitement des eaux résiduaires urbaines vise à protéger le relèvement des eaux brutes et plus généralement à éliminer tout ce qui pourrait gêner les traitements ultérieurs.

    Suivant la qualité de l’eau à traiter, plusieurs opérations peuvent être nécessaires, parmi lesquelles :

    • Le dégrillage qui permet de : protéger les ouvrages aval contre l’arrivée de gros objets susceptibles de provoquer des bouchages dans les canalisations de liaison et les différentes unités des installations et de séparer les matières volumineuses charriées par l’eau brute en vue de les évacuer.

    • Le tamisage ouvre par exemple, un appareil à tambour Prepazur, destiné à réaliser le prétraitement des effluents de petites et moyennes stations d’épuration. Il remplit 3 fonctions : la séparation liquide et solide, le compactage et l’ensachage des déchets.

    • Le dessablage, qui a pour but d’extraire des eaux brutes les graviers, sables et particules minérales plus ou moins fines, de façon à éviter leurs dépôts dans les canaux et conduits et à protéger les pompes et autres appareils contre l’abrasion.

    • Le traitement spécifique des graisses par Biomaster, procédé de dégradation biologique aérobie spécifique aux résidus graisseux à des concentrations types de 50 à 300 g.L-1 de DCO des triglycérides.
    Traitement des eaux usées - Traitement biologique

    Le traitement secondaire correspond au traitement biologique d’une eau et fait appel à une grande variété de micro-organismes, principalement des bactéries. Ces micro-organismes convertissent la matière organique biodégradable contenue dans l’eau usée en produits simples et en biomasse additionnelle.

    Selon l’environnement, plusieurs types de procédés biologiques peuvent être utilisés tels que :



    cyclor_fonctionnement.png



    • la régulation de l'aération séquencée des boues activées par Greenbass, pour une parfaite maîtrise de la consommation énergétique

    Traitement des eaux usées - Traitement tertiaire

    L’objectif des traitements tertiaires est d’éliminer les éléments indésirables tels que les MES, la DCO (dure et colloïdale), le phosphore, et les composés spécifiques (pesticides, métaux, détergents…).  Ils visent à améliorer la qualité de l’eau épurée en vue de leur rejet dans le milieu naturel ou de leur réutilisation.

    Plusieurs techniques peuvent être appliquées telles que :

    Traitement des eaux usées - Bioréacteurs à membranes (BRM)

    Le traitement combiné consiste à associer plusieurs étapes de traitement dans des ouvrages compacts appelés BRM, Bio-Réacteur à Membranes. Ils intègrent à la fois un traitement biologique par boues activées et une clarification par membranes d’ultrafiltration, produisant un effluent de qualité conforme aux rejets en zones sensibles ou à la réutilisation.

    En fonction de la concentration des boues dans le bassin et de la capacité de traitement envisagé, plusieurs solutions peuvent être mise en œuvre :




    ex.Epuration biologique par membranes plaques d'ultrafiltration




    Afin d’assurer le contrôle des émanations de gaz odorants des installations d’eaux résiduaires urbaines et industrielles, il est nécessaire de capter ces gaz à l’émission et de couvrir les zones émettrices. Pour limiter les dégagements d’odeurs, il convient d’utiliser différentes techniques telles que :



    azurair_btwin_principe.png

    http://www.degremont.fr/fr/savoir-faire/eaux-municipales/eaux-usees/desodorisation/procedes/
  • You might also like