• L’accès à l’eau potable dans le monde

    11 % de la population mondiale, soit 844 millions de personnes, n’a pas accès à l’eau potable contre 19 % en 2000.

    1 % de la population mondiale, soit 844 millions d’individus, n’a pas accès à l’eau potable en 2015 selon le rapport 2017 sur les progrès en matière d’assainissement et d’alimentation en eau (en anglais) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Unicef. De réels progrès ont été réalisés dans les dernières décennies : par rapport à 2000, le nombre de personnes ayant accès à l’eau potable est passé de 5 à 6,5 milliards. L’eau potable est, avec l’alimentation et le logement, un pilier essentiel de la qualité de vie. D’abord pour une question d’hygiène : l’eau souillée est l’un des vecteurs majeurs des maladies qui font le plus de morts sur la planète, notamment les diarrhées. Ensuite, parce qu’on ne peut vivre sans eau potable : ceux qui n’y ont pas accès sur place sont forcés de consacrer une grande part de leur temps et de leur énergie à s’approvisionner, en se déplaçant vers des sources aléatoires et dont la qualité est mal contrôlée. L’OMS considère que l’on a accès à l’eau s’il faut se déplacer à moins de trente minutes aller-retour, ce qui est déjà considérable.
    Created with Highcharts 7.0.2millions%Évolution de l'accès à l'eau dans le mondeNombre de personnes ayant accès à l'eau en millionsPart de la population mondiale ayant accès à l'eau en %200020012002200320042005200620072008200920102011201220132014201506 0002 0004 0008 000809082,58587,52008 Nombre de personnes ayant accès à l'eau en millions: 5 772

    Source : Source : OMS, Unicef – © Observatoire des inégalités

          
    Avertissement : ces données constituent des ordres de grandeur, la collecte de données statistiques pouvant être peu fiable dans les régions les plus pauvres du monde.

    De l’eau à domicile aux eaux de rivière

    Parmi les 6,5 milliards d’humains qui disposent d’eau potable, 5,2 milliards (ce qui représente 71 % de la population mondiale) en bénéficient à domicile et au moins douze heures par jour. Car pour l’OMS la notion d’accès est large : 1,3 milliard de personnes (17 % de la population mondiale) ont accès à l’eau mais doivent pour cela se déplacer à moins de trente minutes aller-retour. Un Français qui devrait faire un quart d’heure de marche pour aller s’approvisionner n’aurait pas réellement le sentiment « d’avoir accès à l’eau ».
    Parmi les 844 millions de personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable, 263 millions doivent se déplacer à plus de trente minutes aller-retour jusqu’au plus proche point d’eau potable. Le plus souvent cette tâche très lourde physiquement est prise en charge par les femmes. 423 millions de personnes boivent l’eau d’un puits ou d’une source d’eau non protégé des contaminations. Pas moins de 159 millions de personnes captent leur eau de boisson dans une rivière, un lac ou un canal d’irrigation, au risque d’une contamination par les produits chimiques et les matières fécales.
    Répartition de la population mondiale selon son accès à l’eau potable
    Nombre
    en millions
    Répartition
    en %
    Eau potable à domicile*5 23071
    Accès à l'eau potable à moins de 30 min. aller-retour1 27517
    Population ayant accès à l'eau potable6 50589
    Accès à l'eau potable à plus de 30 min.2634
    Puits ou source non protégé4236
    Eaux de surface1592
    Population sans accès à l'eau potable84411
    Ensemble7 349100
    *Accès à l’eau potable « en toute sécurité », c’est-à-dire à la fois à domicile, au moins douze heures par jour et eau non contaminée.
    Source : OMS, Unicef. Données 2015 – © Observatoire des inégalités

    Selon les régions du monde

    L’évolution la plus significative concerne l’Asie de l’Est et Asie-Pacifique où le pourcentage de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable est passé de 20 % en 2000 à 6 % en 2015, soit une diminution de 278 millions du nombre de personnes concernées. L’Afrique subsaharienne n’a connu qu’une amélioration relative. Dans l’Est et le Sud de l’Afrique, la part des habitants n’ayant pas accès à l’eau est passée de 59 % en 2000 à 47 % en 2015. Dans l’Ouest et le centre, ce pourcentage a diminué de 52 à 38 %. Mais la population de ces deux régions est en forte progression démographique. En valeur absolue, le nombre de personnes sans eau potable y a augmenté de 52 millions en quinze ans, de 372 millions à 424 millions.

    Created with Highcharts 7.0.2Population n’ayant pas accès à l’eauselon la région du mondePart en % / 2000en % / 2015Afrique de l'Est et australeAfrique de l'Ouest et centraleAsie de l'Est et Asie-PacifiqueAsie du SudMoyen-Orient et Afrique duNordAmérique latine et CaraïbesEurope de l'Est et Asie centrale010203040506070

    Source : OMS, Unicef. Données 2015 – © Observatoire des inégalités

          

    Selon les pays

    Entre 2000 et 2015, comme lors de la décennie précédente, les grands pays d’Asie ont connu des progrès importants. En Inde, la part de la population ayant accès à l’eau potable est passée de 80 à 88 % en quinze ans, soit 258 millions de personnes supplémentaires. L’Indonésie a connu une évolution comparable. En Chine, 96 % de la population est désormais couverte. Des pays à la population moins nombreuse, tels que l’Afghanistan, le Laos ou le Cambodge, ont également vu leur taux d’accès à l’eau progresser notablement.
    En Afrique et au Moyen-Orient, les situations nationales évoluent d’une manière plus contrastée. Certains pays ont connu de fortes progressions : le Yémen a vu la proportion de sa population ayant accès à l’eau augmenter de 27 points en quinze ans, le Mali de 25 points, le Nigéria de 21 points. L’Éthiopie, la Tanzanie, le Mozambique ont également connu des progrès significatifs, mais ces pays n’offrent encore l’eau potable qu’à moins de la moitié de leurs habitants. Enfin, parmi les pays où l’eau potable est la plus rare, plusieurs n’ont connu que de modestes progrès entre 2000 et 2015. Citons par exemple l’Ouganda : la part de la population couverte n’a progressé que de 9 points et environ 6 personnes sur 10 restent privées d’eau potable.
    Plusieurs éléments doivent conduire à nuancer ces progrès. D’abord, rien ne dit qu’ils soient définitifs, notamment pour les pays qui connaissent une très forte croissance démographique. Ainsi, l’Inde est confrontée actuellement à de graves pénuries d’eau liées à la surexploitation des nappes phréatiques, ce qui conduit la population à s’approvisionner en une eau de qualité moindre [1].
     La surexploitation du « stock » d’eau contenu dans ces nappes
     – qui résulte d’abord des besoins de l’agriculture et de l’industrie – risque de trouver ses limites et il faudra bien trouver des alternatives. Ensuite parce que la notion même « d’eau potable » varie selon les pays : ce qui est considéré comme potable dans certains pays pauvres est très loin des normes de qualité des pays riches. On peut survivre en la buvant, mais la présence de substances toxiques peut conduire au développement de maladies par la suite.
    L'accès à l'eau potable par pays
    Part de la pop. ayant accès à l'eau potable
    en % / 2000
    Part de la pop. ayant accès à l'eau potable
    en % / 2015
    Progression entre 2000 et 2015
    en millions
    Monde81891 223
    Pays émergents
    Inde8088257,6
    Chine7896106,1
    Brésil949732,1
    Mexique899824,2
    Indonésie759046,0
    Pays en développement
    Éthiopie173932,9
    Mozambique22479,7
    Afghanistan276312,8
    Ouganda303915,3
    Tanzanie325019,5
    Yémen43709,0
    Laos468012,8
    Nigéria466759,3
    Mali49746,6
    Cambodge52753,4
    Vietnam789113,2
    Bangladesh959729,7

    Source : OMS, Unicef. Données 2015 – © Observatoire des inégalités

    Photo / CC By NC ND Unicef Ethiopia


    [1Voir « L’Inde menacée par l’épuisement de ses nappes phréatiques », Julien Bouissou, Le Monde, 7 mai 2018.


    Date de première rédaction le 30 mars 2010.
  • You might also like