• l'eau potable

    Une eau liquide est dite potable lorsqu'elle présente certaines caractéristiques — concentration en chlorures, pH, température… — la rendant propre à la consommation humaine.
    Les standards de référence dans ce domaine diffèrent selon les époques, les pays et, dans certains pays, selon l'autorité responsable de la définition. Le concept de « potabilité » varie à travers le monde, fruit d'un contexte historique, scientifique et culturel local. Il détermine la question de l'accès à l'eau, puisqu'une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain.
    Par exemple, les paramètres fréquemment réglementés sont :
    Ces paramètres peuvent être assurés par un traitement spécifique de l’eau ; dans certains cas il pourra s'agir d'un simple stockage en milieu hermétique (citerne souple) ou autre, permettant la stabilisation biologique.


    L'eau est vecteur de nombreux parasites, bactéries ou virus. Il faut prendre des précautions avant de consommer de l'eau dans la nature. Une eau en apparence limpide et pure peut cacher des micro-organismes ou des polluants, la prudence reste de mise.
    Voici quelques-unes des contaminations possibles et leurs conséquences :


    Eau dure
    On parle d'eau dure pour évoquer une eau contenant beaucoup de sels dissous, comme des sels de calcium et de magnésium ; on dit alors, dans le langage courant, qu'elle est calcaire[5]. Une eau en contenant peu est appelée une eau douce. Les eaux de sources contiennent des quantités différentes de ces sels, elles peuvent donc être de duretés différentes. En France, les eaux du Massif central, des Vosges et du Massif armoricain sont douces (moins de 200 milligrammes de calcaire dissous par litre d'eau). Dans le bassin parisien cela peut aller jusqu'à 900 milligrammes de calcaire dissous par litre d'eau.
    Pour une personne en bonne santé, la consommation d'eau dure, dite calcaire, est sans danger. Des désagréments liés à l'utilisation peuvent apparaître pour des eaux trop dures (inefficacité des détergents, stérilisation des sols) ou trop douces (corrosion).
    Il est possible d'adoucir l'eau avec un appareil appelé adoucisseur d'eau.


    Origine des eaux potables

    Eaux de source, eaux minérales

    Les eaux dites « de source » sont des eaux naturellement propres à la consommation humaine ; on parle alors d'eau potable. En Europe, les seuls traitements qu’il est permis de leur appliquer sont l’aération, la décantation et la filtration. Aux États-Unis, les traitements sont acceptés. Les eaux naturellement gazeuses, qui contiennent du dioxyde de carbone dissous, peuvent également être regazéifiées avant d’être embouteillées.
    Les eaux minérales naturelles, elles, possèdent des propriétés particulières : elles ont des teneurs en minéraux et en oligo-éléments qui peuvent leur donner des vertus thérapeutiques. Comme les eaux de source, elles ne peuvent être traitées. Une eau ne peut être qualifiée en France de minérale que si elle a été reconnue comme bénéfique pour la santé par l’Académie de médecine et le Ministère de la Santé. En ce sens, c'est un alicament. Elle est d'origine profonde et de composition physico-chimique constante dans le temps, et satisfait à des exigences microbiologiques plus strictes que les autres eaux destinées à la consommation humaine (à l'émergence).
    Certaines eaux très fortement minéralisées dépassent les critères législatifs de minéralisation tolérées pour les eaux brutes. Par extension, et certains composants tels que le fluor et les sulfates n'étant bénéfiques pour la santé qu'à faibles doses, il arrive qu'elles soient qualifiées de « non-potable »[7].
  • You might also like