• la pollution de l'eau

    Le rapport mondial des Nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau a été présenté, jeudi 30 mars, à l’université Al Akhawayn à Ifrane.
    Le rapport fait état d'une réduction d'au moins 70% de la pollution au Maroc et l’amélioration du taux de raccordement à 90%, grâce au Plan national d’assainissement (PNA), lancé en 2005.
    En effet, un réseau de 4.785 km a été mis en place et 93 stations d’épuration des eaux usées ont été réalisées, d’une capacité d’épuration de 353.225 m3/j, soit 130 millions m3 /an. Ces projets d’assainissement profitent à une population de 4,63 millions d’habitants, relève le rapport.
    Evoquant l’état des lieux ressources en eau au Maroc, la directrice de l'Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS), Samira El Haouat, a fait état d’un potentiel limité marqué par la réfaction des ressources en eau naturelle, la surexploitation des ressources en eau souterraine et la pollution et l'utilisation non rationnelle de l'eau.
    La politique nationale de gestion des ressources en eau porte sur la construction de 140 grands barrages d’une capacité de 17,6 milliards de m3, de 12 grands barrages en cours avec une capacité de 2,6 milliards m3, de 13 systèmes de transfert, des puits et forages pour l’exploitation des ressources en eau souterraine et des stations de dessalement de l’eau de mer, outre l’irrigation de plus de 1,5 millions d’hectares...
    Un taux d’épuration des eaux usées de 71%
    Le taux d’épuration des eaux usées au Maroc est passé de 5% en 1999 à plus de 71% à fin 2016, grâce à 113 stations d’épuration des eaux usées fonctionnelles.
    Le linéaire des réseaux au Maroc a, quant à lui, dépassé les 10.000 km et le débit épuré 500.000 m3/j.
    Cinquante nouvelles stations d’épuration des eaux usées additionnelles sont en développement pour traiter l’accroissement de l’urbanisation et de la population que connaît le Maroc.
    Le rapport des Nations unies montre que la gestion améliorée des eaux usées implique aussi bien la réduction de la pollution à la source que l’élimination de contaminants des flux d’eaux usées, la réutilisation des eaux récupérées et la récupération de sous-produits utiles.
    Le 31 mars 2017 
    (Avec MAP) 
  • You might also like